L’Autre…

mancini-francesco-

Sonnet illustré par un tableau de :

Francesco Mancini
(1679-1758)

C’est fatigant, d’aimer ! De penser à tue-tête
A l’autre sans arrêt : ce charmant trouble-fête
Qui vous a mis d’emblée le coeur tout à l’envers ;
Qui vient désordonner toute une vie, envers

Et contre tout, ce fou ! Oh, ce besoin pervers
De l’avoir tout à soi ! De ne voir qu’au travers
De son regard à lui qui, d’un monde d’ascètes,
Vous a fait basculer sur une autre planète !

Bien trop dément, l’amour ! Trop déstabilisant :
Questions inabouties et dilemmes usants…
Voici qu’un autre humain, un presqu’inconnu compte

Pour vous plus que quiconque en votre vie d’avant !
Blague de Cupidon ? Une histoire ou un conte
Qu’il aurait mieux valu que disperse le vent ?

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.