La terrasse

 

Poème illustré par un tableau de :

André Deymonaz
www.artdeymonaz.over-blog.com

C’est l’heure où le soleil décroît,
Mais il fait encor bien trop chaud.
Cependant il est un endroit
Où un souffle coule à vau-l’eau :

C’est la terrasse sur la place
Qui étale ses chaises en rond,
Où l’ombre d’un platane  efface
Les excès du grand soleil-lion.

On y commande une eau bien fraîche
A la saveur acidulée,
Et sa succulence un peu rêche
Nous ferait presque frissonner.

On est bien, on lit son journal
Tout en sirotant sa boisson ;
Sa fraîcheur embue le cristal
Qui tintinne sous les glaçons.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.