La terrasse

 

Poème illustré par un tableau de :

André Deymonaz
www.artdeymonaz.over-blog.com

C’est l’heure où le soleil décroît,
Mais il fait encor bien trop chaud.
Cependant il est un endroit
Où un souffle coule à vau-l’eau :

C’est la terrasse sur la place
Qui étale ses chaises en rond,
Où l’ombre d’un platane  efface
Les excès du grand soleil-lion.

On y commande une eau bien fraîche
A la saveur acidulée,
Et sa succulence un peu rêche
Nous ferait presque frissonner.

On est bien, on lit son journal
Tout en sirotant sa boisson ;
Sa fraîcheur embue le cristal
Qui tintinne sous les glaçons.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Chez nous, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire