La Provence

Poème illustré par un tableau de :

Yves Brayer
(1907-1990)

Il est une Provence oubliée et rebelle ,
Une Provence rude et tout exacerbée ,
Une Provence noire , une terre si belle
Que le Temps en a fait le creuset de l’été .

Nul ne la connaît mieux que le grand soleil-lion
Qui dessine à l’aigu ses monstrueux rochers ,
Ses vieux chemins pierreux , ses villages en rond
Lovés au creux trop chaud de l’implacable été .

C’est un monde inconnu que chacun croit connaître ,
Une terre perdue au coeur d’un vieux pays ,
Un bastion de chaleur où le ciel vient renaître
Chaque matin d’été dans le silence gris .

Sous son rire apparent dorment maintes blessures ,
Un destin bien trop lourd, des drames oubliés
Que le soleil enferme en une lourde armure
Cabossée des malheurs d’un vieux monde oublié .

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.