La première fois

C’est un petit garçon – presqu’encor un bébé –
Qui chemine gaiement à côté de sa mère.
Il sait bien où l’on va et il n’est pas peu fier
Qu’on le mène à l’écol(e) pour la première fois !

Il est très détendu… jusqu’à ce qu’il s’inquiète :
La main de sa maman est crispée sur la sienne !
Ca, c’est vraiment curieux pour le petit Etienne…
Il serre son doudou et le voici qui tète

Comme un fou sa tétine car soudain il a peur…
Pourquoi donc sa maman est-elle si bizarre
Depuis quelques instants ? Serait-on en retard ?
Ces ondes angoissées qui lui serrent le coeur,

Il les ressent très fort. Quel est donc le tourment
Qui vient la perturber? Serait-ce la Rentrée
De son petit garçon qui la rend si stressée ?
Puis Etienne soudain entend des hurlements ;

C’est un autre garçon qu’on traîne vers l’école
Et qui crie affolé qu’il veut rentrer chez lui.
Là, c’en est vraiment trop ! Il se sent tout petit
Et n’est plus du tout prêt. Son petit coeur s’affole,

Et plus du tout honteux de n’être qu’un bébé,
Etienne fier-à-bras se met à sangloter…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Automne, Chez nous, Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire