La mi-lune

 

La lune a perdu sa moitié,
Mais dites-moi,  sont-ils finis
Les rêves fous qui y germaient ?
Bien moins de jour et peu de vie,

Elle penche sa face blonde
Amputée de plus d’un demi
Sur Toulon. Et sa tête ronde
Est bizarre scindée ainsi.

La Provence dort sous la lune,
Demi-lune et rêves enfuis.
Un réverbère qui s’allume
A pris le relais dans la nuit

Car elle est pâle, la pauvrette,
A être ainsi tout amoindrie,
Et combien étrange est sa tête
Dont la lumière est à demi …

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire