La fin tout en douceur…

J’aime ce mois si doux, comme on aime un artiste
Dont on sait que bientôt on ne le verra plus
Tant il a a pris de l’âge. Un novembre chenu
Que l’hiver va occire, hiver déjà en piste

Avec ses bataillons tellement détestables !
Mais l’automne s’attarde avec ses reflets roux,
Sa lumière si douce et ses derniers atouts ;
Chrysanthèmes dorés, un temps à peu près stable

Nous rappelant l’été car la pluie est absente
Alors que c’est son temps dans le Midi, chez nous,
Où le mistral n’est pas encor devenu fou.
Curieusement il flotte une senteur de menthe

Dans le jardin fané qui doucement sommeille,
Encor un peu fleuri, bien qu’il fasse frisquet
Quand le soleil se couche. Et il reste un bosquet
Tout moucheté d’or qui gaiement l’ensoleille !

Peut-être que demain l’hiver qui s’impatiente
Va surgir tout à coup au détour du chemin…
Dis, que peut-on savoir de notre lendemain
Quand on sent toujours plus s’accentuer la pente

Qui va nous faire choir : rien de plus impatient
Que la mort qui attend ! Comme le fait l’hiver
Espérant le moment où, d’un parfait revers,
Il s’en va balayer novembre agonisant.

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Automne, Chez nous, Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.