J’étais si bien là-haut…

2montagne

J’étais si bien là-haut, mais il me faut partir,
Accepter de quitter cette Haute-Provence
Où flotteront toujours des vestiges d’enfance
Et les ombres dorées de lointains souvenirs.

Il y faisait si bon quand en triomphateur
Le soleil déchaînait sa folie sur la plaine !
Nous nous en fichions tous, appréciant notre veine
De pouvoir nous soustraire à l’intense chaleur

Qui régnait tout en bas. L’on y était au frais,
A flâner lentement sur les bords de l’Ubaye
Ou à pique-niquer alors que les sonnailles
Des vaches qui broutaient tintinnaient dans le pré.

Et puis ces randonnées sous les mélèzes bleus,
Ces hivers cotonneux molletonnés de neige ?
Ces automnes si doux sur la montagne beige
Tavelée de couleurs par les arbres en feu ?

Et la piste tout près, à trois longueurs de ski,
La descente facile appelée Savonnette
Par tous les faux sportifs ? Et puis Barcelonnette,
Ses chalets « mexicains »* et leur style inouï !

Je n’irai plus là-haut qu’en simple visiteur,
Foulant en pérégrin notre belle montagne
Zigzaguant sur le ciel ; et la sinistre aragne
D’un regret lancinant me pincera le cœur…

* Voir l’histoire des « barcelonnettes » émigrés au Mexique

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence, La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire