Jalousie

Pourquoi donc cet intrus prend-il ma place au lit
Quand il vient voir Marion ? Pourquoi ces petits cris
Qu’elle pousse parfois pendant qu’il la câline
Alors que je suis seul, reclus dans la cuisine ?

Pourquoi met-il parfois sa tête dans son cou ?
C’est ma place attitrée et j’en souffre beaucoup
Car j’ai moins de bisous et bien moins de caresses
Quand cet hurluberlu s’en vient voir ma maîtresse !

Pourtant il m’aime bien, voudrait me le prouver
Par un tas de mamours. En chat bien élevé
Je tente d’accepter, mais vraiment, rien à faire !
Qu’il me fiche la paix, qu’il vaque à ses affaires,

S’en retourne chez lui ! N’a-t-il donc point de chat !
Pourquoi perturbe-t-il ma vie de vieux pacha ?
Le griffer et le mordre ? Oh, que ça me démange !
J’en ai la queue qui bat… Car est-ce qu’on dérange

Un couple chat-maîtresse, un merveilleux amour
Qui pour moi était fait pour perdurer toujours ?
Les hommes tels que lui sont une sale engeance…
Il me semble pourtant que je tiens ma vengeance :

Je viens juste à l’instant de prendre une souris
Et, par le Dieu des chats, la chance me sourit :
Il y a au salon l’une de ses chaussures
Où j’ai mis la bestiole. Une hypothèse sûre,

C’est qu’il va sûrement le prendre très très mal…
Eh oui ! Il a perdu l’arrogance du mâle :
En poussant de grands cris, il s’est rendu stupide
Aux yeux de ma maîtresse… Un dénouement rapide,

Elle a flanqué dehors le minable froussard
Aux airs de matamore. Elle l’a laissé choir
Dans la minute même, et j’ai repris ma place
Auprès de ma princesse ! Un roi dans son palace…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire