Douceur estivale

Plage Méditerranée

Le mistral s’est calmé et la mer dodeline,
Aussi douce qu’un lac sous la brise d’été.
Verte et bleue et dorée, la Méditerranée,
Etirant ses longs flots aux couleurs arlequines,

S’en vient lécher la plage où gisent étalés
Des milliers d’humains à la peau écarlate.
Le soleil est d’aplomb et la mer est si plate
Qu’on la dirait de plomb sous le ciel pommelé

Par des nuages blancs comme des moutons gris.
L’heure est à la détente, et la mer qui ronronne
Chatoie étonnamment de coloris d’automne
Rutilants et cuivrés, vraiment rares ici

Par un jour de juillet. Dans le ciel des gabians
Criaillent tant et plus comme un vol de crécelles.
Une nuée d’enfants courant à tire d’ailes
Font gicler l’eau mousseuse éclaboussée d’argent

Et leurs rires perlés ricochent sur les flots.
Il fait bon, il fait beau. La plage est recouverte
De milliers d’humains, entassés et à perte
De vue et de bon sens, et ils sont beaucoup trop…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion, Marseille, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire