Fantasme

Quand renaîtra l’hiver, dis-moi, reviendras-tu
Comme tu l’as promis ? Je n’en peux vraiment plus
D’attendre ton retour, mais je l’espère encore.
Vas-tu me faire aimer ces jours froids que j’abhorre

En revenant chez nous ? Il y a si longtemps
Que tu t’en es allé. Je t’aime et je t’attends,
Tu es mon seul amour. Mais comme la lumière
Je m’éteins peu à peu, et le vieux cimetière

Où l’on t’affirme mort est vraiment très très loin.
L’on m’a souvent juré que je t’attends en vain,
Mais ils me mentent tous ! Tu m’a dit : « En décembre »,
C’est toi que je veux croire ; et ta robe de chambre

Tout comme d’habitude est posée sur le lit.
Mais le temps est bien long, et l’ennui infini
De la male saison me fait perdre patience
Parfois quelques instants, puis je reprends confiance.

Je sais qu’on me dit folle, et même nos enfants
Pensent que je le suis. Irrémédiablement !
Et que leur père est mort. Dieu sait si je m’en moque !
Entends-tu, là dehors, la pluie qui flique et floque ?

Pleut-il au beau pays où tu t’en es allé ?
Depuis combien de temps ? Le temps est décalé
Et je ne sais plus trop. Après tout peu m’importe !
L’important, c’est pour moi que tu sonnes à la porte…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.