Conseils à un coeur rafistolé

Eté brûlant

Poème illustré par un tableau de :

Eric Bruni
www.bruni-gallery.com

L’été épanoui, criquetant de cigales,
Peut être meurtrier quand il est vraiment chaud :
Son soleil triomphant sait être un vrai salaud
Et même un assassin pour un coeur en cristal

Qu’on a rafistolé ! « Oh, l’ami, reste froid :
Surtout prends bien ton temps car on n’est pas aux pièces…
Rafraîchis l’air brûlant, et surtout ne le laisse
Point trop te disloquer quand il pénètre en toi.

Il faut te ménager : tu es vraiment fragile !
Pauvre coeur réparé, vis à un bon tempo :
Tu sais bien qu’il suffit de pencher vers le trop
Pour que l’opération subie ne s’annihile !

Fais gaffe à tes tuyaux ! Tout doux, tout doux, l’ami :
Avance au ralenti et sois bien raisonnable !
Pour que notre boulot puisse être perdurable,
Tu dois te reposer, éviter tout ennui…

Plus d’amour, plus d’orgasme et plus de bonne chère,
Plus d’excès, plus de sport – ou un sport soft et mou,
Plus de tabac non plus, et plus d’alcool du tout… »
Le coeur a entrevu une vie bien amère :

« Eh, stop, a-t-il hurlé : ça suffit ! Je m’en fous !
Moi j’aime le mois d’août et ses heures ardentes,
Les plaisirs, le bon temps et une vie planante…
Je préfère être mort que ne plus être fou ! »

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Amours, Le soleil-lion, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire