Ciel d’été

 

Il n’est nulle part pareil ciel
D’un bleu si intense et profond .
Il pèse sur les toits , et l’aile
Du mistral le flagelle en rond .

Il est si pur qu’il a dissout
Les nuages venus d’ailleurs .
Il fait très chaud , et le vent fou
Qui court est imprégné d’odeurs .

La garrigue semble écrasée
Par ce ciel si bleu qu’il est noir .
Tout est touffeur et tout se tait ,
Aspirant à l’air frais du soir .

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.