Archives de catégorie : Printemps

La maison éplorée

La maison comme hier est tout à fait la même :
Les meubles sont en place et je n’ai rien changé
A la décoration. Rien n’a vraiment bougé,
Et pourtant ce n’est plus du tout celle que j’aime!

Je ne peux plus rien voir avec les mêmes yeux.
Un écran singulier désormais s’interpose
Entre la vie et moi. Et tu en es la cause,
Toi qui t’en es allé là où tout est bien mieux…

Même chose au jardin, dorénavant si terne
Qu’il semble avoir perdu sa grâce et ses couleurs.
Sentirait-il aussi cette énorme douleur
Epandue alentour ? Il a l’air d’être en berne,

Et ses fleurs tout ensemble ont fané l’autre nuit.
Le printemps revenu est semblable à l’automne,
Le ciel ensoleillé est d’une teinte jaune
Occultant sa lumière, et les oiseaux ont fui.

La maison s’est tassée, muette et silencieuse.
Dans le salon obscur, le piano est fermé ;
Mais y murmure encor le vieil air élimé,
Discordant et vieilli, d’une ancienne berceuse

Que tu jouais sans cesse… Où t’en es-tu allé,
En quel lieu mystérieux ? La maison est si vide
Sans toi qui est parti… Mais la Mort est avide,
Et quoi que nous fassions, nous sommes ses valets.

Publié dans A la maison, Printemps | Un commentaire

Le crocus et l’oiseau

Un crocus a jailli de l’édredon de neige
Où il dormait encor pour goûter au soleil ;
Le versant escarpé où les flocons s’agrègent
Brille de mille feux sous son disque vermeil.

La fleur est la première à fêter le printemps
Tout prêt à rénover la vie dans la montagne.
Mais un petit oiseau s’ébouriffe en chantant,
Tout gonflé de bonheur. Son gazouillis témoigne

Qu’il sait bien lui aussi que le temps est venu !
Le temps du renouveau, de l’herbe qui repousse
Pour couvrir prestement la froideur du sol nu
Des petits brins serrés de ses millions de pousses.

L’oiseau et le crocus prient à leur façon
La Nature engourdie qui tout juste s’éveille :
La fleur par sa beauté, l’oiseau par sa chanson.
Ils explosent de joie, et tous deux s’émerveillent

Que le soleil enfin reprenne le flambeau.
En hiver, comme un traître, il leur est infidèle
Et s’en va dans le Sud, où par monts et par vaux
Il oublie le Midi pour des pays plus chauds.

Mais il est revenu, bourrelé de remords,
Amenant avec lui un Printemps juvénile
Tout prêt à terrasser la froidure et la mort,
En boutant de l’Ubaye l’hiver quasi sénile

Désormais impuissant face à tant de jeunesse.
Le crocus et l’oiseau frémissent d’allégresse…

Publié dans Hiver, La Haute Provence, Printemps, Zooland | Laisser un commentaire

Une pluie de printemps

Poème illustré par un tableau de :
Germaine Zurdo

La pluie tombe bien droit, et zinzinule comme
Un oiseau au printemps. Et d’ailleurs nous y sommes :
Le mois de mars est là, qui apporte avec lui
Une brise légère et cette aimable pluie

Dont avait tant besoin le sol tout asséché
Par un hiver glacial. Ses petits doigts tapotent
Les vitres balafrées, et des flaques clapotent
Au jardin, dans l’allée. Le soleil ébréché

Par un nuage noir cherche à réapparaître,
Bien qu’il soit affaibli par le dernier grand froid.
Il se sent bien plus fort, et sa lumière croît
Chaque jour un peu plus. Impression de mieux être,

Lente résurrection que féconde cette eau
Tombant en cliquetant sur les toits du village !
Des gouttes de cristal, une averse bien sage
Noyant l’horizon bleu d’un harmonieux rideau…

La pluie tombe tout droit et elle dégouline
Dans le cou du Printemps qui s’éveille impatient
De faire son boulot. Et c’est tout-chaud bouillant
De s’y mettre au plus tôt qu’il fustige et câline

Les graines et la sève enfouies sous la terre.
L’averse est bien jolie avec ces fils en verre
Qui strient le ciel gris d’un filet transparent !
Tout brille sous la pluie, et tout est différent…

Publié dans La Provence au coeur, Printemps | Laisser un commentaire

Le printemps en mer

Le mistral aujourd’hui a-t-il perdu son souffle ?
Il n’est plus qu’un zéphir sur les flots dodinant
Sous l’azur bleu cobalt. Mais là-bas le Ponant
Est encor un peu gris sous le ciel que boursouflent

Des nuages légers tout comme des ombrelles.
La Méditerranée froufroute doucement
Jusqu’à l’horizon bleu qui ondoie lentement,
Aussi calme qu’un lac aspergé par la grêle

Des rayons printaniers qui pleuvent sur ses vagues.
A l’Est, Marseille est roux et toujours endormi
Comme un gros animal qu’on a enfin soumis,
Bien qu’encor agité de rêves qui divaguent.

Au large du Frioul ont jailli des courbettes
Toutes synchronisées : les ricochets mouillés
D’un groupe de dauphins. Sont-ils émoustillés
Par l’appel du printemps comme les autres bêtes 

Ou vraiment étrangers aux phases saisonnières ?
Sous leurs corps fuselés, l’eau est violet foncé.
Ils stridulent encor, avant de s’enfoncer
Dans l’abîme béant où même la lumière

Ne peut plus pénétrer. Là-haut, à la surface,
La mer chauffe ses flots à grands coups de soleil.
Un tout jeune gabian péniblement s’essaye
A monter vers l’azur, exempt de cette grâce

Inhérente aux oiseaux et à ses congénères.
Tirant vers les nuées ses ailes de velours,
Volant toujours plus haut, il est désormais lourd
D’un défi insensé : atteindre la lumière 

Du soleil qui renaît pour la saison nouvelle
Et gicle du ciel pur en millions d’étincelles.

Publié dans Marseille, Méditerranée, Printemps, Zooland | Laisser un commentaire

Le caïeu

J’ai trouvé au jardin un étrange caïeu
Dont j’ignorais le nom et que j’ai mis en terre
Au début de l’automne. Un bulbe solitaire
Que je n’avais encor jamais vu sous nos cieux.

Je ne sais même plus où je l’ai ramassé :
Dans un coin du compost, caché sous une feuille ?
Sous le mur cabossé où la vigne s’effeuille
Rouge comme le sang, près du vieux puits cassé ?

Puis l’hiver a passé, je n’y ai plus songé…
Le printemps revenu, toute à ma fantaisie,
J’errais dans le jardin quand je restai saisie
D’y voir, fort incongru, un chimérique objet :

Une fleur inouïe là où j’avais planté
Ce caïeu ignoré de mes faibles lumières.
Une plante inconnue, si extraordinaire
Que je ne pensais pas qu’elle pût exister !

Un trésor féerique aux multiples couleurs,
Dont les  pétales drus étaient, telles des ailes,
Palpitants et vibrants. Une plante si belle
Qu’elle était sûrement reine parmi les fleurs !

Elle a vécu ainsi à peine quelques heures,
Sublime de beauté. Puis, sans que je comprenne,
A soudain disparu pour ma plus grande peine,
En laissant derrière elle une ineffable odeur…

Publié dans Contes, Printemps, Questions ? | Laisser un commentaire

La Fête

Il faudrait qu’un beau jour, à l’orée du printemps,
L’on fasse la fiesta pour oublier le temps
Du ciel bas sur la mer tristement cotonneuse.
Effacer tout souci de l’âme cafardeuse

Que nous donnent le froid et le gris de l’hiver !
L’on devrait tous s’unir pour repeindre la ville
De toutes les couleurs. Même les bidonvilles !
Nous masquerions leurs plaies en forçant sur le vert ;

Du jaune et puis du bleu sur les quartiers lépreux,
Et de l’or en pagaille au fond de tous les yeux.
Nous mettrions au ciel quelques nuages roses
Pour faire plus joli ; ferions pousser des roses

Et des milliers de fleurs dans le moindre recoin.
Plus chouette qu’à Rio, bien plus beau qu’à Venise !
Non, pas un Carnaval : une fête qui grise
Tous les gens de Marseille. Et qu’à brûle-pourpoint

Chacun cherche chez lui de quoi se déguiser
En grand n’importe quoi. Et qu’on danse, et qu’on chante ;
Qu’on soit surtout heureux, tous les sens aiguisés
Par le bonheur de vivre. Et que tous on s’enchante

De ce nouveau printemps s’ouvrant sur tant d’espoir.
Nous irions nous baigner. La Méditerranée
Se ferait toute douce ; et comme chaque année
Au mitan de l’été, du matin jusqu’au soir,

Nous en savourerions l’agréable tiédeur
Bien qu’on ne soit qu’en mars. Gigantesque trempette
De tous les Marseillais chantant avec ardeur
Sous le soleil ravi de se joindre à tue-tête

A l’énorme, homérique et incroyable fête !

Publié dans La Provence au coeur, Les gens, Marseille, Méditerranée, Printemps, Questions ? | Laisser un commentaire

Pluie printanière

Il pleut depuis trois jours, et cette pluie enchante
Le jardin assoiffé par trop de sécheresse.
Une pluie de printemps, c’est comme une caresse
Rappelant à la vie, ça promet et ça chante…

Si l’on patauge un peu, ça ne fait point de mal !
Les fleurs en leurs boutons sentent monter la sève
Tout au long de leur tige : une sorte de trêve
En cet hiver si dur que c’était anormal,

Anormal en Provence ! Et l’on en souffrait tant
Qu’on n’osait plus sortir ! Il était si coriace
Que nous nous réfugions sous une carapace
D’habits lourds et épais ! Vraiment drôle de temps…

Peut-être est-ce fini ? Pour le moment il pleut
Une eau tiède et chantante et drue qui éclabousse
La terre d’où jaillit une gerbe de mousse.
Tout un clan d’escargots glisse à la queue leu leu

Sur le chemin gluant tout encombré de feuilles.
Le printemps est bien là… Si ce n’est pas un tour
Qu’il nous joue de nouveau ! Mais souffle aux alentours
Un petit vent joyeux qui sent le chèvrefeuille…

Publié dans Hiver, Printemps | Laisser un commentaire

Allégorie de l’Hiver

Si l’on voulait le peindre, il faudrait le brosser
A longs traits suraigus. Croquer sa silhouette
Avec des angles noirs. Dessiner les arêtes
De ses os épineux d’un trait ferme et glacé,

Sans aucune émotion : il n’en procure aucune !
C’est l’Hiver, ce maudit, la fatale saison
Redoutée et haïe, que nul n’a de raison
D’attendre un tant soit peu. Quelle odieuse infortune

Que le voir débouler aux premiers hurlements
De la bise honnie dès la fin de novembre !
Il conquiert le pays, l’investit et démembre
Mes fleurs encor bien drues en leurs derniers moments.

Entraînant avec lui ses sbires redoutables :
Le mistral et le gel, le brouillard et le froid,
Il soumet le Midi, suivi de son arroi
Prêt à tous les méfaits, tout aussi détestable

Que leur chef absolu. On le croirait vainqueur…
Mais il doit reculer devant son jeune frère
Dès la fin février : la saison débonnaire,
Le séduisant printemps qui vient ravir nos cœurs

Et qui, mine de rien, le force à la retraite.
Le vieil hiver chenu repart avec son clan
Tout au fond de son trou, jusqu’au prochain élan
Le propulsant chez nous pour une reconquête…

Publié dans Contes, Hiver, Printemps | Laisser un commentaire

Sonnet pour le printemps

Du vert commence à poindre au bout des branches grises.
D’imperceptibles points, mais que l’on voit pourtant
En clignant bien des yeux ! L’on dirait que le temps
Est un peu moins maussade, et même que la brise

Sent fort bon depuis peu. Un roitelet que grise
La douceur du matin annonçant le printemps
Sifflote un petit air. Car c’est en tuituitant
Que les petits oiseaux séduisent leur promise !

Ce refrain ne serait-il pas une promesse
Impossible à tenir ? Comme cette grand’messe
Du printemps en avance et goûté bien trop tôt,

Serait-ce point trop beau ? Le petit oiseau chante
A sa belle endormie que va naître bientôt
La saison de l’amour dont chaque être s’enchante…

Publié dans Amours, Printemps, Zooland | Laisser un commentaire

Transition…

Poème illustré par un tableau de :
Eric Espigarres

C’est la fin du printemps, le début de l’été :
Ces jours miraculeux où le temps fort aimable,
Idéal en tous points, apporte sa clarté
Au jardin qui revit, dont les fleurs innombrables

Poussent dans tous les coins sans qu’on en prenne soin !
Le soleil ranimé est-il un peu blanchâtre ?
Nous l’aimons bien ainsi ! Et l’on n’a pas besoin
De fuir pour le moment les assauts du bellâtre

Adorant se gonfler d’un fulgurant éclat
Quand son temps est venu. Fignolant sa lumière
Pour un été glorieux, il a sonné le glas
Des jours gris et pluvieux ; son but prioritaire

Est bien d’exterminer tout fichu mauvais temps.
Juin est donc enfin là, modéré et affable,
Nous faisant souvenir qu’on va pour quelque temps
Profiter de ses jours toujours si agréables.

Ma maison a repeint ses volets pour fêter
Ces beaux jours revenus d’un joli bleu pervenche ;
Elle s’est pour l’été refait une beauté
Avec ces bouts de ciel sur sa façade blanche

Qu’on dirait parsemée de jolis regards bleus.
Elle est pimpante et gaie, et sous ses tuiles rousses
Bat un bonheur tranquille ; où même quand il pleut
Ou quand il fait plus gris, la vie s’écoule douce…

C’est la fin du printemps, le début de l’été :
Des jours miraculeux tellement délectables.
Un temps presque idéal, un Midi en beauté !
Le jardin qui revit n’en peut plus d’être aimable…

Publié dans A la maison, La Provence au coeur, Le début de l'été, Printemps | Laisser un commentaire

L’école de la patience

J’ai envie de botter le train
A mes roses pour qu’elles poussent ;
Et bien qu’elles me disent : « Pouce !
On ne dépend pas des Humains »,

J’apprécierais qu’elles se pressent
En mettant plus fort le turbot.
Mais ce ne sont pas des robots
Actionnés à toute vitesse !

Non ! Elles prennent tout leur temps,
Pour parachever l’excellence
De leur beauté, dans le silence,
Tout comme leurs aînées d’antan.

Elles se déploient avec grâce
En croissant à tout petits coups,
Sans qu’on le remarque beaucoup,
Sans se soucier du temps qui passe…

C’est moi qui ai tort, je le sais !
Oh, elles sont tellement belles
Quand elles me disent, rebelles
A mon avis d’Humain pressé,

Que je dois me montrer patiente !
Roses, fleurissez lentement
Pour nous qui sommes les amants
De votre harmonie stupéfiante.

Publié dans A la maison, Printemps, Questions ? | Laisser un commentaire

La prolifération

Sur le talus, quatre fleurettes,
Peut-être pressées par le temps,
Sont nées sans tambour ni trompettes,
Sans même l’avis du Printemps.

Elles se sont disséminées
Partout jusqu’au fond du jardin,
Et de quatre elles sont passées
En une nuit à cinq, dix, vingt…

Puis ce fut une débandade :
Couvrant la garrigue et les champs,
Elles chantaient partout l’aubade
Folle et exaltée du printemps.

Du pollen, partout, des corolles
Peintes de milliers de couleurs,
Des pistils et des formes folles,
Et partout l’ineffable odeur

Du doux printemps baratineur,
Du temps nouveau qui vocifère.
Ca sentait l’humus, et la Terre
Semblait délirer de bonheur.

Publié dans Chez nous, La Provence au coeur, Printemps | Laisser un commentaire

Un jeune homme est entré…

Le jeune homme est entré dans la vieille maison
Où des gens l’attendaient, le cœur plein d’espérance,
Et prêts à lui confier – avec foi ou défiance ?
Ses clés détériorées bien plus que de raison.

Un jeune homme tout neuf, mais une très vieille âme
Comme on le dit là-bas, aux pays du Bouddah.
Réfléchi, judicieux, raisonnable au-delà
De ce qu’on attendrait d’un jeune âge qu’on clame

Volontiers un peu neuf pour de telles fonctions.
On lui avait bien dit qu’il fallait du courage
Pour ainsi s’attaquer à cette belle ouvrage !
Mais il avait montré tant de résolution

Depuis quelques dix mois qu’on lui faisait confiance !
Les murs étaient croulants, le toit menaçait ruines,
Bien que quelques pantins sentencieux aient fait mine
De la rapetasser de toutes les façons

Depuis plus de trente ans. Mais il était confiant,
Il y arriverait ! Avec de l’énergie,
Du culot et du cœur, sans idéologie…
C’était un jeune lion, un jeune homme impatient

De retrousser ses manches et prendre une truelle
Pour tout moderniser dans la vieille maison ;
Pour nous embaucher tous, afin qu’à l’unisson
Nous nous décarcassions pour la rendre plus belle…

Publié dans Chez nous, Printemps, Questions ? | 2 commentaires

Veux-tu venir, ami…

Veux-tu venir, ami ? Tu le vois, je t’invite
En un pays béni tout fleuri de cigales,
De soleil, de beau temps… Une terre idéale
Où il fait si bon vivre. Et que l’hiver évite

Car il s’y sent perdu, vraiment désemparé
Par la douceur ambiante et l’énorme lumière
Qui gicle de l’espace et prépare la terre
A couver en son sein un monde chamarré

Eclosant bien plus tôt qu’ailleurs partout en France.
Pays des doux printemps et fief des chauds étés :
Je t’y mène avec moi. Tu y seras fêté
Comme tous les amis qui viennent en Provence.

Tu sembles fatigué ? Viens, nous allons monter
Tout en suivant l’Ubaye jusqu’à Barcelonnette.
Nous sommes au printemps, la montagne est en fête,
Le Cimet s’est mué en un monde enchanté

Où glougloutent en cœur des cascades d’eau vive.
Respire : l’air est vif mais sent bon le soleil !
La montagne renaît après un long sommeil
Et bourdonne de vie, s’arrachant à ces rives

Froides et désolées qui enclosent l’hiver.
Un tichodrome* chante… Et la brise qui danse
Fait valser les nuées au creux du ciel immense.
Les mélèzes tout nus sont festonnés d’un vert

Qu’on aimerait goûter… C’est à pleines goulées
Qu’on boit le vent qui tourne et vire autour de nous.
L’on savoure, on est bien. Remercions à genoux
Cette marche du Temps toujours renouvelée…

* Charmant petit oiseau montagnard

Publié dans La Haute Provence, La Provence au coeur, Printemps | 2 commentaires

Redoux

Entends-tu sous le toit la charpente qui craque ?
Le chalet comme un chat qui s’étire au réveil
Fait grincer sa carcasse au tout premier soleil,
Etirant ses cloisons de très vieille baraque,

Bâtie tout de guingois, dans la prime chaleur.
Du fond de la vallée une brume irisée
S’élève lentement, et la ligne brisée
De la montagne bleue se moire de couleurs.

Entends-tu ce roucou dans le fond du jardin ?
C’est la première fois qu’un chant de tourterelle
Annonce le printemps. Pour trouver une belle
Ou fêter le beau temps qui s’immisce soudain

Au cœur de la montagne après un rude hiver ?
La neige fond tout doux. De l’eau glacée ruisselle
Sur la façade en bois que de gaies étincelles
Eclaboussent de roux. Quelques touches de vert

Commencent à pointer au creux des jardinières,
Et des colchiques bleus pointillent les versants
Où le premier soleil s’éclate en déversant
A clarté que veux-tu de longs rais de lumière.

La montagne revit. Un oiseau cabriole
Tout en haut d’un mélèze encor un peu pouilleux
Sans son feuillage vert. Un zéphyr délicieux
Fait onduler l’Ubaye au souffle de sa viole.

Publié dans A la maison, La Haute Provence, Printemps, Zooland | Laisser un commentaire