Archives de catégorie : Méditerranée

La résistante

?????????????????????????????????????????????????????????

La mer berce Marseille, et le port affalé
Sous le soleil ardent, fourbu, se laisse aller.
L’air est si suffocant que la ville soupire
Tant elle est harassée. Une fleur qui transpire

Son haleine embaumée au cœur bleu d’un jardin
Penche vers le sol dur son cœur incarnadin,
Soudainement fanée par l’étuve étouffante
Qui engourdit les rues. L’atmosphère pesante

Accablant le Vieux Port l’a quasi endormi.
Les pointus* dodeline(nt) sur le clapotis gris,
Et leurs mâts oscillant à un rythme hypnotique
Griffent le ciel saphir d’un fin réseau graphique.

Marseille est assoupi. Il fait chaud, bien trop chaud,
Quand soudain, branle-bas ! L’avenue du Prado
Se met à résonner d’un surprenant tapage,
Tout aussi inouï que l’est un beau mirage :

Marchant en sautillant, c’est une fille en fleur
Qui va telle une eau vive ignorant la chaleur,
Qui paraît ignorer la touffeur accablante,
Dont le pas fait vibrer la chaussée somnolente.

Son teint si délicat, indemne de sueur,
Est semblable à la soie. Son exquise fraîcheur
N’est absolument pas sensible à cette étuve
Coagulant la mer, dont les moites effluves

Empèguent l’air brûlant. La belle marche au pas,
Au rythme cadencé d’un bon petit soldat
Sur lequel l’ennemi n’aurait aucune prise.
L’on dirait même bien que la chaleur la grise…

Elle avance gaiement, en fille du Midi
Narguant allégrement le soleil qui rugit.
Il fait chaud, bien trop chaud… Mais la belle trottine,
Effrontément nimbée de lumière argentine.

Publié dans Le soleil-lion, Les gens, Marseille, Méditerranée | Laisser un commentaire

Par un jour accablant…

?????????????????????????????????????????????????????????

A Marseille, aujourd’hui, il fait tellement chaud
Que la ville apeurée paraît entrée en transe.
La mer voudrait l’aider, mais le calme tempo
Des longues vagues bleues qui ondoient et qui dansent

Ne peut pas juguler l’effroyable chaleur
Qui va la consumer. Le soleil implacable
Darde au long de ses rues des rais impitoyables
Et tellement ardents que la ville prend peur,

Confrontée à ce feu semblant né de l’enfer.
La lumière outrancière est vraiment anormale
Pour la ville qui n’a jamais encor souffert
D’occuper dans le Sud sa latitude australe !

La mer essaye en vain de la lécher tout doux
Pour revivifier ses quais poisseux et tièdes,
Mais aucun clapotis : ses vagues sont trop raides !
L’été halluciné paraît devenu fou

Sans les lois bien réglées de tout mois de juillet…
Tout semble donc perdu, mais Marseille en a marre
De devoir supporter cet effarant brasier ;
Il se décide alors à larguer les amarres

Pour aller s’installer loin de l’été dément
Au centre de la mer en Méditerranée,
Là où il fait plus frais. La ville malmenée
Par l’étrange fournaise sort de l’abattement

Où elle se mourait, en retrouvant le goût
De son sourire inné, de sa vie un peu dingue.
C’est désormais une île, et, se moquant de tout,
Pour une ultime fois Marseille se distingue…

Tout au Sud de la France il y a un grand trou,
Et la vie alentour peu à peu se déglingue…

Publié dans Contes, Le soleil-lion, Marseille, Méditerranée | Laisser un commentaire

Petit matin d’été

Petit matin

Oh, ce petit matin ! La fragrance des fleurs
Enivre les oiseaux qui pépient à tue-tête  !
Je sens vibrer en moi les frissons du bonheur,
Et j’aspire assoiffée les ondes guillerettes

Sourdant avec vigueur du soleil roux qui clique…
Il est vraiment très tôt ; je n’ai pu résister
Aux tout premiers rayons cuivrés et féeriques
Qui ont frôlé le lit pour mieux m’en arracher,

Après s’être glissés entre les deux volets…
Le monde est rénové, il est comme une épure.
Le ciel d’un bleu terni vient d’être ravalé
Par un pinceau géant. L’atmosphère est si pure

Qu’il se pourrait très bien que soudain elle tinte !
Tous est calme alentour, il fait encor bien frais.
Au-dessus du toit bleu la lune s’est éteinte,
Ne laissant dans le ciel qu’un soupçon de regret.

Je suis seule au jardin ; toi tu es endormi,
La peau tout embuée de moiteur estivale.
Ne peux-tu t’éveiller ? J’aimerais tant, ami,
Que tu sois près de moi… Oh, le soleil avale

Le tout dernier lambeau de la lune mourante !
Encore demi-sphère, il est juste posé
Sur l’horizon à l’Est. Et la mer amarante
Double comme un miroir le ciel vaste et rosé.

Publié dans Le début de l'été, Le soleil-lion, Méditerranée | Laisser un commentaire

Trois perles de cristal…

heat-wave-765x400

Il y a sur son front trois perles de cristal
Qui roulent lentement. Commence-t-elle à fondre ?
Ne va-t-on retrouver de la belle Chantal
Qu’une flaque dorée qui s’en va se confondre

Avec les vagues bleues s’abattant sur la plage ?
Il fait tellement lourd que même au bord de l’eau
Elle espère ardemment le gigantesque orage
Rafraîchissant soudain un temps beaucoup trop chaud.

Car Chantal n’en peut plus et vit dans le Midi,
Depuis la mi-juillet, un été effroyable.
Tout huilé de sueur, son épiderme luit :
Il n’est plus une peau satinée, désirable,

Préparée pour l’amour, faite pour les caresses,
Semblable à un velours aux chauds reflets ambrés,
Mais un étui suant qu’agresse avec rudesse
Ce soleil carnassier indûment adoré.

Il fait vraiment trop chaud ! Nul n’y résiste plus,
Même les abonnés des plages de Marseille,
Qui y passent leur temps et qui y vivent nus
A longueur de journée ! Cet été les effraye ;

Il est trop agressif depuis quelques années…
Il faut partir ailleurs. Chantal se lève enfin
Pour fuir le bord de mer, rouge et congestionnée.
Le sable de la plage est divinement fin…

Publié dans Le soleil-lion, Les gens, Marseille, Méditerranée | Laisser un commentaire

Elle aime…

plage

Elle aime s’allonger sur la plage en été,
A l’endroit imprécis où les vagues caressent
Sa nudité ambrée ; quand les vagues agressent
Pour mieux l’éparpiller le sable délité.

Elle aime bien sentir, sur sa peau surchauffée
Par la lumière crue, les doigts froids de la mer
La comblant de frissons ; le goût âcre et amer
De l’eau éclaboussant ses lèvres assoiffées.

Elle aime avoir trop chaud sous le soleil brûlant,
Subir presque en souffrant la chaleur démentielle
Du temps fou de juillet, fièvre préjudicielle
A ce teint satiné qu’aiment tant ses amants.

Elle aime être dorée comme une nectarine,
Telle une belle pêche à la peau de velours…
Il fait toujours plus chaud. Et le soleil balourd
Mordille tant et plus ses rondeurs enfantines…

Publié dans Le début de l'été, Le soleil-lion, Méditerranée | Laisser un commentaire

Des bribes de printemps…

Printemps précoce

Il y a dans le ciel comme un je ne sais quoi
Qui l’a décoloré ; un voile de brumasse
De teinte indéfinie. Il gèle et il fait froid,
Il neige même un brin, et du fuel en rosaces

Pollue l’eau du Vieux Port de cercles irisés…
Nous avons pourtant eu des bouffées printanières
Depuis quelque huit jours, où le ciel courtisait
Les boutons décatis de nos roses trémières,

S’imaginant peut-être en soutirer encor
Quelques bribes de vie. Les boutons de nos roses
Pourtant tout desséchés semblaient un peu moins morts.
Mais l’hiver revenu nous a rendus moroses ;

L’on s’était sûrement fait bien trop d’illusions
Pour Marseille tout gris sous les nues délavées ;
Et pour tout le Midi, jusqu’aux plus hauts bastions
De ses Alpes, là-haut. L’hiver inachevé

Ne pouvait vraiment pas capituler ainsi !
Mais voici que soudain un faisceau de lumière
Ensoleille le ciel d’un arc fort réussi
Illuminant de feu et la mer et la terre !

L’hiver redéguerpit avec son attirail
De gel, de pluie, de vent, de froidure et de givre…
Le soleil a posé un somptueux vitrail
Sur l’eau enturquoisée, et l’on se sent revivre…

Publié dans Chez nous, La Provence au coeur, Marseille, Méditerranée, Printemps | 2 commentaires

La collectionneuse

Sirène

Poème illustré par un tableau de :

Cédric Gomes
http://www.galerie-creation.com/cedricgomes

Elle émerge de l’eau quand la ville sommeille ;
Elle en sort sans un bruit, puis enlève sa queue
Qu’elle cache avec soin. Pour rejoindre Marseille,
Elle use maintenant de longues jambes bleues

Qu’elle a dissimulées sous un collant opaque.
Tout comme d’habitude, elle a mis un habit
Cher à certains Humains, et qui la travestit
En cagole d’ici, légèrement foutraque,

S’en allant retrouver les fêtards de la ville…
Sirène pudibonde, elle observe leurs mœurs,
Condamnant leur folie, leur rire, leurs clameurs
Quand l’un d’eux accomplit un exploit imbécile.

Pour elle ils sont issus de l’immorale secte
Des Humains libertins qu’elle trouve indécents.
Certains d’entre eux très laids, courtauds et bedonnants,
Lui donnent la nausée, comme de gros insectes.

Comme elle est très jolie, souvent l’un d’eux la drague.
Elle l’entraîne alors sans lui dire un seul mot
Et le mène tout droit vers l’anse des Ormeaux
Où l’homme est emporté, submergé par des vagues

Accourues aussitôt sur l’ordre de la belle.
Sans aucune pitié, elle l’entend hurler,
Et le voit sans émoi cracher et avaler
L’eau noire qui l’étouffe. Atroce heure cruelle…

Elle l’entraîne alors en son antre effroyable
Tapissé d’ossements. Monstre jamais repu,
Elle allonge avec soin sa prise sur le sable
Aux côtés d’autres corps tout aussi corrompus.

Puis elle va chercher un autre échantillon
Pour pouvoir l’ajouter à sa collection…

Publié dans Amours, Contes, Marseille, Méditerranée | Laisser un commentaire

Les saisons de la mer

mistral

Printemps
Oh, Méditerranée ! Si bleue sous le ciel bleu,
Tu bats en palpitant telle un énorme cœur
Quand la lumière peint de fluctuantes fleurs
Sur ta houle ondulante où la lumière pleut.

Eté
Méditerranée plate, insensible au soleil
Qui te fait clignoter sous ses longs rayons noirs
Depuis le matin clair jusqu’au terme du soir,
Tu es tout hachurée de lents rouleaux vermeils.

Automne
Méditerranée grise et âpre sous le vent,
Tu deviens vraiment folle et bouscules tes flots
Jusqu’à ton horizon, où le roulis de l’eau
Brise ton harmonie de ses spasmes mouvants.

Hiver
Méditerranée sombre hurlant sous le mistral
Et parfois fustigée de flocons étoilés,
Tu oscilles giflée par un ciel bas voilé
Où stagnent les nuées d’un morne hiver austral.

 

Publié dans Automne, Hiver, Le début de l'été, Le soleil-lion, Méditerranée, Printemps | Laisser un commentaire

Le Royaume enchanté

FondMarin

Au fin-fond de la mer il existe un royaume
Uniquement connu des gens qui, comme moi,
Aiment encor rêver. Terre inconnue des Hommes
Rayonnant sous les flots, loin du monde aux abois

Et de ses illusions. Sous le dôme en cristal
De la mer qui l’enclot, c’est une ville claire
Et bâtie par des Dieux, loin d’un siècle brutal
Qui engendre partout guerre, ruine et misère.

Y valsent des poissons aux couleurs aussi vives
Que les fleurs des jardins là-haut chez les Humains,
Tournoyant tout autour d’une foule craintive
Qui s’y laisse entraîner au bout d’un long chemin

De pérégrinations et d’errance sans fin.
Tous vont pouvoir dormir, allongés sur un sable
Aussi doux que la soie. En terminer, enfin !
La Méditerranée, soudain calme et aimable,

Va même les bercer avec sollicitude
Au long des rues pavées de porphyre et d’argent,
Pour leur faire oublier l’immense solitude
Des gens qu’on considère à tort comme indigents

Et qui errent sans cesse en quête d’un abri.
Ils vont s’y reposer, oublier l’infortune :
Au royaume enchanté nul n’est jamais proscrit
Et l’on y désapprend haine, peur et rancune.

Publié dans Contes, Méditerranée | Laisser un commentaire

Sonnet d’un soir d’été

port250

Poème illustré par un tableau de :

Claude Gellée, dit « Le Lorrain »
(1600-1682)

La Méditerranée est mouchetée de sang
Par le soleil couchant ; son ultime lumière
Embrase l’onde sombre, et son image altière
S’efface lentement aux confins du Ponant.

La mer s’est embrunie, hormis ces taches rousses
Qui ensanglantent l’eau. Marseille s’adoucit.
En se laissant aller sous le ciel obscurci,
La ville s’assoupit sous la nue calme et douce

Où s’arrondit la lune embrumée d’un halo.
Son image floutée se reflète dans l’eau,
Oscillant sur les flots où tanguent des mouettes.

Un vent paisible et doux souffle sur le Vieux Port,
Le faisant frissonner. Et les pointus* cliquettent
En se cognant l’un l’autre, amarrés bord à bord.

* Barques caractéristiques du Midi

Publié dans Le début de l'été, Le soleil-lion, Marseille, Méditerranée, Zooland | Laisser un commentaire

Le nuage importun

nuage-blanc-solitaire-en-ciel-bleu

 

Il y a tout là-haut un nuage dansant
Dans le ciel de l’été ; un nuage passant
Au-dessus du Midi sans trop savoir pourquoi ;
Un nuage importun, vraiment sans foi ni loi !

Car a-t-on jamais vu, en juillet, en Provence,
Se donnant indûment une telle importance,
Un nuage passer, un nimbus en goguette ?
Et le Septième Mois a-t-il perdu la tête

A laisser un nuage ainsi batifoler,
La bride sur le cou, au cœur du grand été ?
Mais où se croit-il  donc ? A-t-il perdu le Nord
A se laisser porter en douceur jusqu’aux bords

De notre mer à nous, la Méditerranée ?
C’est un coup du mistral : depuis quelques années
Il néglige la Loi, et, oubliant l’usage,
Montre qu’il est en fait un vent vraiment peu sage !

Le tout petit nuage est vraiment isolé
Au milieu du grand ciel. Mais tout environné
De bleu, de bleu, de bleu jusqu’à l’horizon bleu,
Il se recroqueville et devient grumeleux

Comme du lait caillé… Un tout petit nuage
Qui ne peut résister ! Se croyant un orage,
Il pensait devenir une nue tropicale ;
Mais c’était ignorer l’inertie provençale

Forte et déterminée qui ne veut point changer
Et se méfie toujours des troubles étrangers.
Le petit nimbus blanc a vite disparu,
Absorbé par le bleu qui l’a mangé tout cru…

Publié dans Contes, Le début de l'été, Le soleil-lion, Méditerranée | Laisser un commentaire

Les dormeurs

Vue sous marine

Six dormeurs, six gisants. Six êtres que la mer
Caresse aimablement ; et ses baisers amers
Effleurent en douceur leurs lèvres refermées
Depuis peu, bien trop tôt. Elle est accoutumée

A devoir héberger ces hôtes incongrus
Qui gisent par le fond ; ces humains presque nus
Au destin émouvant, qu’un naufrage effroyable
A tués récemment et coulés jusqu’au sable

Doux et dur à la fois du monde aux mille écueils,
Ce monde sous-marin devenu leur cercueil !
Sans vergogne, les eaux curieuses se faufilent
Dans les méandres noirs des poumons si fragiles

Des dormeurs apaisés – sans doute une illusion !
Ores* indifférents à l’odieuse intrusion.
Allongés côte à côte, une femme et cinq hommes
Liés par le malheur. Rassemblés là tout comme

Une famille unie pour un calme sommeil.
La femme porte encor un long voile vermeil ;
La mer chaude en ceignant son torse d’algues vertes
L’a vêtue d’émeraude ; et l’ayant recouverte,

Pallie en la berçant l’inconfort de son lit.
Mais peu chaut à son corps, dont le temps aboli
Est maintenant serein… La Méditerranée
Va dissoudre tout doux la belle profanée.

*Maintenant

Publié dans Contes, Les gens, Méditerranée | Laisser un commentaire

Regrets d’été

Mer

Qu’est-il donc devenu, ce grand ciel immuable,
Inlassablement bleu, invariablement clair,
Parfois un peu griffé par le très bref éclair
Du vol gris d’un oiseau tellement vulnérable ?

Où sont ces reflets roux qu’avait peints le soleil
Sur ta peau orangée telle une nectarine,
Lui octroyant alors une si bonne mine
Que je la mordillais comme un beau fruit vermeil ?

Et ce petit maillot, léger et minuscule,
Ne cachant de ton corps qu’un petit presque rien,
Devenu rien du tout sous mes mains de vaurien ?
Oh, cet amour léger et qui soudain bascule…

Où sont-ils donc passés, ces souvenirs d’été
Si proches, si lointains, maintenant en goguette
A l’autre bout du Temps ? La petite guinguette
Où nous allions danser ? Et nos corps enchantés

De s’être découverts, d’être complémentaires
Dans la chaleur torride embrasant tout le ciel ?
Tes immenses yeux gris, ta peau couleur de miel
Où la sueur perlait ? Et cette odeur de terre,

Chauffée par un soleil incroyablement blanc,
A-t-elle disparu ? S’est-elle évanouie
Tout comme la senteur des fleurs épanouies !
Il fait sombre aujourd’hui. Finis, les faux-semblants

D’un amour merveilleux mais vraiment éphémère.
C’était un été bleu, lumineux et doré
Sur une plage ocrée. De lancinants regrets
Viennent mordre mon cœur de leurs traits délétères…

Publié dans Amours, Le début de l'été, Le soleil-lion, Méditerranée | Un commentaire

Si douce et si violente…

levita

Poème illustré par un tableau de :

Ugo Levita
www.libelluleart.com

Tu peux être cruelle ou câline, oh ma belle !
Te lovant comme un chat aux pieds de ces amants
Prêts à tout pour te plaire, immense ribambelle
D’êtres sous ton emprise, épris éperdument.

Calme ou désordonnée, ta beauté est parfaite.
Quel que soit ton état de fougue ou de douceur,
Ton sein est infini, et tu es toujours prête
A les accueillir tous, toi l’amante, la sœur

Qui, quand tu as séduit – au prix de la folie !
Les jettes quelquefois dans les crocs de la mort.
Ou bien tu les vomis, volonté abolie
Et lutte terminée : terrible corps à corps !

Leur rêve était si fort, leur foi était si grande
Qu’ils t’avaient tout confié comme font les enfants.
Mais ils ont cru mourir avant que tu les rendes
A moitié fous d’horreur au monde des vivants,

Cherchant à oublier cette fraction de vie
Où tu les as étreints de tes bras monstrueux.
Tu as détruit en eux l’irrépressible envie
Qu’ils eurent autrefois d’être tes amoureux !

Car tu es séduisante et faite d’harmonie,
Toi qui caches si bien ta dissimulation
Sous un aspect très lisse ! Et c’est la félonie
Qui prédomine en toi, comme ta séduction !

Car si tu es la vie, la mort est ta suivante
Qui t’escorte partout, toujours à tes côtés :
Ô Méditerranée, toi si douce et violente,
Qui sais si bien cacher ta froide cruauté.

Publié dans Amours, Méditerranée | Un commentaire

Les amants éternels

Mer.Joseph Bayol

Poème illustré par un tableau de :

Joseph Bayol
www.josephbayol.com

Tous deux sont enlacés. Lovée tout contre lui,
Elle s’impose en force. Il s’insinue en elle,
Offert à ses caresses. Leur passion fusionnelle
Les lie depuis toujours, et il est bien celui

Qu’elle ne peut quitter, même s’il l’exaspère.
Ondulante et agile, elle s’enroule autour
De son grand corps puissant. Un indicible amour
Les unit l’un à l’autre. Elle est forte et légère,

Il est très populaire et parfois cabotin…
Elle le connaît bien, supporte ses faiblesses,
Et peut habilement le mener à l’ivresse,
Parfois aussi rouée qu’une vieille catin.

Elle est une arlequine, et belle infiniment,
Même dans sa fureur. Il l’aime avec ivresse,
Elle est son sémaphore et sa seule maîtresse.
Même s’il est pour elle un bien vétuste amant,

Elle aime son vieux corps qu’elle ondoie de caresses,
Et le frôle partout autant qu’elle le peut :
La Méditerranée, qui mêle à tous ses jeux
Son Marseille éternel ! Pour lui l’enchanteresse…

 

Publié dans Marseille, Méditerranée | Laisser un commentaire