Archives de catégorie : Marseille

Marseille fait la gueule…

Marseille fait la gueule, elle a mal à sa mer :
La Méditerranée, sa maîtresse, sa reine
Qui depuis deux mille ans la garde et la parraine…
La ville a depuis peu le sentiment amer

De ne plus l’estimer, en la déshonorant ;
Si au premier regard c’est vraiment impossible
De prédire pour elle un avenir horrible,
L’eau claire est polluée, et son léger courant

Transporte en clapotant tout un monde pourri :
Déchets désagrégés et ordures chimiques
Diluées en son sein ; détritus organiques
Qu’on ne voit même plus, non ! mais dont se nourrit

Sans s’en douter du tout le monde sous-marin.
Dégradant peu à peu et la faune et la flore,
Insidieusement le fléau détériore
La pureté de l’eau de ce monde serein

Qu’on croyait préservé pour une éternité.
La Méditerranée n’est plus impérissable
Et Marseille le sait. Ce monde inébranlable
Qui paraissait si sûr pourrait bien s’effriter

Et mourir lentement… Le va-et-vient des flots
Effleure doucement les plages de la ville.
Le mouvement de l’eau paraît doux et tranquille,
Mais le bruit du ressac ressemble à un sanglot.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Publié dans Marseille, Méditerranée, Questions ? | Laisser un commentaire

Ode à Marguerite

Marguerite aujourd’hui ne va pas bien du tout.
Cela ne se voit pas, mais elle est vraiment vieille,
Ce qui l’a fait trahir pas plus tard que la veille
Cette fidèle amie qu’elle emmenait partout

Et qui se fiait sans crainte à la sécurité
Attachée à son nom. La belle Marguerite
Méritait son renom ; elle allait être inscrite
Au Livre des Records pour sa bonne santé

Car malgré les années, jamais aucun ennui,
Jamais un seul pépin ! Toujours fidèle au poste,
Avec malgré les ans une sacrée riposte
A l’usure du temps. Jamais un seul souci !

Toujours fine et racée, elle avait un entrain
Que lui auraient envié pas mal d’autres championnes :
Le brio d’un bolide et l’ardeur d’une lionne
Que le temps voulait vaincre en s’acharnant. En vain…

Mais non loin de Marseille, elle a enfin cédé !
Un grand coup de chaleur l’a soudain envahie,
Et puis elle a fumé. La belle abasourdie
De se sentir si faible a bien dû concéder

Qu’elle avait fait son temps, puisqu’elle a  vingt-trois ans !
La reine des autos a dû rester sur place
A cause de la mort d’un vieux joint de culasse
Au cœur de son moteur sitôt agonisant.

Mais tu ne devrais point te faire du mouron :
L’on va te réparer, très chère Marguerite,
Même à grands coups d’euros, comme tu le mérites !
Et ton beau gros moteur va re-vrombir bien rond…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Publié dans Amours, Marseille | Laisser un commentaire

Sale hiver…

Sale hiver, con d’hiver ! Je te déteste autant
Qu’un malade chronique honnit sa maladie,
D’autant que tu surgis après la mélodie
D’un automne très doux semblable à un printemps.

L’on t’avait oublié, mais c’était une ruse
Car tu t’étais tapi dans un repli du Temps
Pour en mieux rebondir en te catapultant
D’un océan glacé où poussent des méduses.

Tu as jeté sur nous tes tentacules froids
De pluie, de vent, de gel, de verglas et de neige,
Avec un soleil gris perdu dans un ciel beige
Que nous redécouvrons avec pas mal d’effroi.

La lumière est éteinte au-dessus de Marseille.
La mer que j’aime tant est grise, et le mistral
La creuse en la giflant, impérieux, magistral,
Comme il l’est quelquefois quand son souffle balaye

Les vagues déchaînées sans cesser de mugir.
Oui, l’Hiver, je te hais. Par bonheur j’ai la chance
De vivre en un pays merveilleux, la Provence,
Que tu n’apprécies pas. Mais où tu vas surgir

Car cela t’est dicté, tu dois suivre la règle
Faire subir à tous ton horrible carcan.
Non, non, jamais le temps ne se vend à l’encan :
Le code est imposé – même s’il se dérègle !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Publié dans Hiver, Marseille, Méditerranée | Laisser un commentaire

Trois oiseaux sont posés…

Trois oiseaux sont posés sur un fil électrique,
Trois tout petits oiseaux légers comme trois plumes ;
Des plumes colorées où le couchant allume
En pétillement d’or des flammes symétriques.

Et puis en voici d’autres venant se percher
Sur le fil du dessous. Leur petit corps habile
Reste pour le moment tout aussi immobile
Que celui des premiers, fermement accrochés

A ce curieux perchoir, alignés bien en ordre
Sur les fils bien tendus. D’innombrables  amis
Ralliant leurs commensaux qu’on dirait endormis
Tant ils semblent passifs, ignorants du désordre

Qui secoue la grand’ville houleuse en contrebas.
Le long réseau des fils dessine une portée
Sur le ciel marseillais. La troupe déportée
Du fond de l’horizon qui rougeoie tout là-bas

Pépie à qui mieux mieux la chanson dessinée
En notes emplumées par tous les petits corps ;
Un chant revigorant faisant fi de la mort
A l’affût sur la voie qui leur est destinée

Pour rejoindre le Sud. De tout petits oiseaux
Obligés par l’automne à bientôt s’envoler :
Une partition vive et gaie pour survoler
Une mer redoutée aux dangereuses eaux.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Publié dans Automne, Chez nous, Marseille, Zooland | Laisser un commentaire

Adèle sur la plage

Poème inspiré par un tableau de :
Nicolas Odinet

Marseille dort encor. Adèle est sur la plage
Pour la première fois depuis l’été dernier.
La mer en roucoulant vient lui lécher les pieds ;
La belle a un  sursaut tant le dur becquetage

Des vagues sur sa peau est mordant et glacé.
Mais c’est insignifiant : c’est le plaisir qui gagne
Sur le désagrément, même s’il s’accompagne
De picots turgescents sur son corps violacé.

Souple comme un ressort, la délicieuse Adèle
Qui bondit ça et là ressemble à un cabri
Venant juste de naître. Elle danse, elle rit,
Hurlant à pleine voix une gaie ritournelle

Des années quatre-vingt qui passe à la radio.
L’on y parle d’amour, du soleil de Provence,
D’un homme séduisant, – autant que l’est Maxence,
Son dernier compagnon. Mais en sautant dans l’eau,

Elle perturbe un peu la mer qu’elle courrouce :
Braillant à pleine voix et trillant bien trop haut,
Elle croit l’encenser… mais elle chante faux !
Lors, outrée, une vague énorme l’éclabousse…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Publié dans Les gens, Marseille, Méditerranée | Un commentaire

Le vieux chien sur la plage

La Méditerranée musarde sur la plage,
Sereine et bleu marine, aussi calme qu’un lac.
Mousseux et argenté, c’est tout un entrelacs
De légers cheveux d’ange, un lacis de nuages

Qui flotte dans le ciel : on dirait un tableau !
Il est vraiment très tôt et il n’y a personne,
Sauf un gros chien pelé dont les abois résonnent
Dans le petit matin, presque jusqu’au Prado.

Il se traîne, épuisé, sur la plage déserte.
Qui a abandonné ce malheureux clébard
Sur la grève à Marseille ? Il faut être un connard
Pour l’y avoir laissé ! Tous les sens en alerte,

Il aboie, mais en vain. Il a soif, il a faim…
Toute cette eau à boire… et pourtant imbuvable !
Son sort est si cruel, tellement pitoyable,
Qu’il vous ferait douter de tout le genre humain !

Il ne sait où aller, mais il vaut mieux peut-être
Qu’il erre sur la plage : il n’y redoute rien
Du trafic matinal, de tout ce va-et-vient
Des gens et des autos. Peut-être que son maître

Se morfond lui aussi, seul et désespéré
D’avoir perdu son chien ? Qui dit qu’une bêtise
Ne l’a pas fait sortir sans qu’on l’y autorise ?
On ne l’a pas laissé ! Ce ne peut être vrai !

Haletant et à bout, le vieux corniaud s’allonge
Près de l’eau bleue qui bat, diffusant sa fraîcheur
Au sable humide et dur. Avec moulte douceur,
La Méditerranée qui le lèche le plonge

Dans un profond sommeil enfin réparateur.
Et bercé par l’eau bleue qui clapote et balance,
Le pauvre chien perdu sent sa vie en souffrance
S’envoler doucement vers un monde meilleur.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Publié dans Contes, Marseille, Méditerranée, Zooland | Laisser un commentaire

La seconde fois

Il n’a pas bien compris  pourquoi il était là,
Mais peu lui importait : la vie semblait si belle.
Quel destin merveilleux ! Cette aurore nouvelle
Lui étant accordée une seconde fois,

Il ne savait comment il avait eu la chance
Qu’on la lui ait donnée ! Pour humer à nouveau
L’air pur de sa Provence, en éternel dévot,
Y chanter son amour et sa reconnaissance ?

Il a pourtant bientôt tristement déchanté
Quand il a retrouvé un Marseille angoissant :
Ce n’était plus la ville à l’ineffable  accent
Qui, quand il y vivait, l’avait tant enchanté,

Mais un monde sévère aux rues inexpressives,
Des femmes empêtrées dans de très longs manteaux,
Suivies par des barbus arriérés et brutaux.
Calme presque anormal, discrétion excessive…

Sur la ville pesait un ciel couleur de poix
L’enveloppant du gris d’un voile de tristesse.
Marseille avait perdu cette aura d’allégresse
Qu’il avait tant aimée quand il était en bas.

Un monde sans couleurs et une ville morne
Qui ne savait plus rire, hurler ou s’engueuler.
Un Marseille trop sage, abruti, esseulé,
Semblant s’abandonner à un malheur sans bornes.

Il ne savait plus trop si c’était le Midi,
Sa Provence d’antan inondée de lumière.
Tout y semblait figé, son ciel était de pierre
Et le bonheur humain semblait s’en être enfui.

Alors l’Homme a eu peur. Il s’est mis à genoux
« Mon Dieu, a-t-il prié, ramène-moi chez Nous ! »

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Publié dans Contes, Les gens, Marseille, Questions ? | Laisser un commentaire