Archives de catégorie : La Haute Provence

L’entre-deux

La station est déserte ; il n’y a plus de neige,
Hormis des glaçons gris qui s’agrippent aux toits.
Un chasse-neige usé et caduque nettoie
Une ultime gadoue sur le macadam beige

Car le dernier redoux a dépeuplé Praloup.
Le ciel est nuageux, la montagne grisouille.
Des gouttières usées et morveuses pendouillent
Des cristaux égouttant une eau salie. Un loup

S’est même aventuré au cœur de la station
Tant elle avait un air de ville abandonnée ;
Un décor pour un film où veut être donnée
Une impression d’angoisse et de désolation !

Est-il vrai que jeudi l’on jouait à glisser
Sur ces pentes ventrues, riant à perdre haleine ?
La station est fermée. Hier elle était pleine
De vie et de gaieté. Quelque chose est faussé,

Et semble inachevé, oublié, hors du temps…
Praloup n’est plus semblable à ses cartes postales
Et paraît maintenant vieux et moche et très sale.
Il se recroqueville, attendant le printemps…

Publié dans Hiver, La Haute Provence, Printemps | Laisser un commentaire

J’aimerais, je voudrais…

J’aimerais, je voudrais m’envoler tout en haut
De la montagne bleue penchée sur la vallée ;
Et puis, niant ma peur, toute crainte avalée,
M’élancer du sommet comme une-femme oiseau.

Je voudrais, j’aimerais m’ébattre dans le ciel
Pour y glaner enfin des flocons de nuages,
Et voir la mer au loin tel un brumeux mirage
Où dansent des bateaux irisés d’arc-en ciel.

J’aimerais, je voudrais grappiller des étoiles
Pour les disséminer aux cimes des sapins
Et des mélèzes noirs, sur les monts subalpins
Que le gel hivernal drape d’un léger voile.

Je voudrais, j’aimerais incendier la lune
Pour qu’elle soit enfin l’égale du soleil
Et embrase les nues de son cercle vermeil
Qui enflamme la nuit, sa mélancolie brune.

J’aimerais, je voudrais musarder dans le ciel,
Valser au fil du vent au-dessus des vallées ;
Et puis planer tout doux après m’en être allée
Rejoindre l’horizon repeint d’or et de miel.

Je voudrais, j’aimerais rester toujours là-haut
Pour un dernier ballet. Un ultime voyage
Au pays où la mort n’existe plus, ni l’âge ;
Où des gens comme moi volent tels des oiseaux…

Publié dans Contes, La Haute Provence, Questions ? | Laisser un commentaire

Le mal-aimé

Poème illustré par une aquarelle de :
Denis Goy

Dans l’âtre du salon, un premier feu ronronne,
Avec de temps en temps une sourde explosion
D’étoiles et d’éclairs, comme lave en fusion.
L’on est bien, il fait chaud. Dehors le vent marmonne

Qu’il voudrait pénétrer au creux de la maison.
Mais ici l’on répugne au vent de la montagne
Qui annonce un grand froid et souvent s’accompagne
D’un gel insupportable, hors de toute raison !

Pour le moment, ça va ; il reste raisonnable
Et malgré son dépit, demeure fort courtois.
L’on a rentré du bois jusques en haut du toit,
Bien qu’octobre tout neuf soit encor très aimable,

Qui a peint la montagne avec des pigments roux ;
Roux comme les mélèze(s), aussi roux que les flammes
Qui rongent les rondins comme le font les lames
A l’assaut des rochers, là où le temps est doux.

Chez nous l’hiver est proche ; il sera très très rude
Car les oies sont passées depuis déjà longtemps.
Le vent désemparé s’incruste en tapotant
Les vitres du séjour : c’est son assuétude

Quand il souffle en octobre et que tombe la nuit !
Dehors le temps fraîchit, et la montagne rousse
Flamboie dans le Couchant. Le vent gémit et tousse,
Et puis désespéré s’en retourne chez lui.

Publié dans A la maison, Automne, La Haute Provence | Un commentaire

Le nuage aventurier

nuage2

Posé sur le Cimet, il était un nuage
Friselé et crépu comme un bon gros mouton,
Aussi léger et blanc que duvet de coton…
Laissé sur le sommet par le dernier orage,

Il paissait le ciel bleu, accroché à la pente,
Quand il sentit en lui sourdre un très grand désir :
Celui de vivre enfin, de descendre et de fuir
Ce piton trop tranquille à l’inertie crispante.

Lors, tout gonflé d’audace, il se mit à descendre
Vers la vallée plus bas et son monde inconnu,
Délaissant la montagne et ses espaces nus
Pour la douce verdeur d’un monde bien plus tendre.

Sous le passage bleu de sa fraîcheur mousseuse,
Tout à coup rénovée, l’herbe se redressait
En petits traits bien drus, fermes et hérissés
Par l’étreinte mouillée de l’onde nuageuse.

Lorsqu’elle fut en bas, l’audacieuse nuée,
Un peu trop excitée par l’odeur du printemps
Se résolut à prendre encor plus de bon temps.
Mais se sentant quand même un peu diminuée,

Il lui vint tout à coup l’idée d’une baignade
Pour se régénérer, regonfler sa vapeur.
Le propre d’un nuage est qu’il n’a jamais peur,
Que pour lui se baigner n’est qu’une guignolade !

L’Ubaye roulait par là. Aussitôt attiré,
Le nuage imprudent s’approcha de la rive,
Ignorant le tonus printanier de l’eau vive
Qui sans nulle pitié pouvait le digérer…

Mais il s’en fichait bien ! Il fut happé par l’eau
Et changé sur le champ en blanches vaguelettes ;
Puis sous l’aspect sympa de mille gouttelettes,
Entraîné vers la mer pour rejoindre les flots…

Bercé et cahoté, il devint une vague
Chauffée par le soleil qui le but peu à peu
Pour le ré-expédier vers l’immense ciel bleu
Où tout revigoré par l’air pur il divague.

Publié dans Chez nous, Contes, La Haute Provence, La Provence au coeur, Printemps | 2 commentaires

Eveil

Chalet sous la neige

Sous son duvet gonflé au galbe immaculé,
Le chalet dort encor. Seul un léger filet
De fumée s’éparpille au-dessus du toit blanc
Où vient de se poser un énorme milan

Sombre comme la nuit qui obscurcit toujours
Les pentes du Cimet. Les plumes du vautour
Sont tout ensanglantées, mais le sang rouge est noir
Tant l’ombre l’obscurcit, et nul ne pourrait voir

Qu’il est l’incarnation d’un monde sans pitié.
Sous son toit rebondi, le chalet qui dormait
Commence à s’éveiller sous le prime soleil
Dont l’éclat adouci favorise l’éveil

Des gens de la maison. Alors l’oiseau s’enfuit,
Emportant dans son vol des lambeaux de la nuit.
Ne reste sur le toit qu’une traînée de sang,
Souillant pour quelques jours l’édredon innocent.

Publié dans Contes, La Haute Provence, Zooland | Laisser un commentaire

Le soleil à midi

soleil-en-montagne

La montagne est pointue. Posé sur son sommet,
Le soleil vocifère, et des torrents de feu
Dévalent en grondant les pentes du Cimet.
Mais le ciel de l’été est sereinement bleu,

Calme et imperméable aux frasques de l’étoile
Gigantesque et furieuse incluse dans son sein ;
Car à midi passé elle mettra les voiles
Pour tenter d’embraser d’autres pitons lointains.

Pour l’instant la montagne est gorgée de lumière.
Elle est blanche, elle est bleue, et un feston ocré
Ourle son haut sommet dont la pointe de verre
Dessine sur l’azur un triangle doré.

Cependant le soleil se déchaîne et tempête,
Bombardant le roc noir d’étincelants rayons.
La lumière mugit, la lumière est en fête,
Qui danse et qui explose en milliards de protons…

Mais le Cimet blasé demeure indifférent
Au mitraillage fou de l’astre déchaîné
Qui doit l’abandonner ! Car poussé par le Temps
L’emportant en roulant, il va être entraîné

Vers l’horizon courbé, encor clair et si nu ;
Vers l’Ouest tout là-bas, un Midi inconnu…

Publié dans La Haute Provence, Le début de l'été, Le soleil-lion | Laisser un commentaire

L’orage

 

maisonnette

Le ciel lourd est très noir, posé comme un couvercle
Sur le village gris où rien ne bouge plus.
Pas un souffle de vent sous le terrible cercle
Sombre comme la nuit, là-haut, juste au-dessus

Des vieux toits bien serrés les uns contre les autres.
Leurs pans tout biscornus sont secs depuis juillet
Et leurs tuiles roussies. Quelques matous s’y vautrent,
Les seuls à apprécier la touffeur de l’été.

La ligne d’horizon est curieusement claire,
Car autour du couvercle un cerne de ciel bleu
Emet étrangement un halo de lumière.
Mais la nuit vainc le jour, le gomme peu à peu,

Bien que des éclairs blancs lient le ciel à la terre.
Un réseau électrique au rythme grésillant
Strie les nues sans arrêt. Une pluie salutaire
Serait la bienvenue ! Tout le monde l’attend

Sous la coupole noire où stagne la tempête.
On a tous l’impression que l’éther est pesant,
Qu’un glaive est suspendu au-dessus de nos têtes,
Qu’il va bientôt tomber, nous anéantissant.

Le dôme du ciel lourd pèse comme un couvercle
Sur Jausiers accablé. Les oiseaux se sont tus.
L’orage qui grossit peu à peu nous encercle ;
Un éclair a frôlé le haut clocher pointu.

Publié dans La Haute Provence, Le soleil-lion, Zooland | Laisser un commentaire

Les larmes de l’hiver…

Gabriele Corno

Poème illustré par un tableau de :
Gabriele Corno

Les larmes de l’hiver qui commencent à fondre
Creusent des petits trous de leur léger flic-floc
Dans la neige amollie, et les tout-petits chocs
De ses pleurs de cristal vont bientôt se confondre

Avec le clapotis de milliers de ruisseaux…
Le printemps se déploie là-haut dans la montagne,
Tout comme dans le Sud partout dans la campagne…
D’ici quelque deux mois, le soleil à l’assaut

Aura tout dénudé sur la montagne chauve
Qui mordra le ciel pur de ses pics aiguisés
Par le vent et la pluie. Et ses contours brisés
Se découperont mieux sur le diorama fauve.

Sous la neige qui fond l’on peut même entrevoir
Les petits museaux bleus de ravissants colchiques ;
Peut-être aussi l’espoir d’une herbe rachitique
Se frayant peu à peu un chemin dans le noir ?

L’hiver peut bien pleurer à gros sanglots de glace
Il n’est personne ici qui en ait des regrets !
Le printemps se rapproche, et la vie qui renaît
Sème déjà partout ses minuscules traces.

Publié dans Hiver, La Haute Provence, Printemps | Laisser un commentaire

Crépuscule en Ubaye

Montagne2

L’automne est presque là, et la soirée est fraîche
Même si la journée fut comme un jour d’été.
La lumière décroît vers les Trois-Evêchés*,
Et ses derniers éclats pétillent en flammèches

Sur les mélèzes roux. Les pentes sont très belles,
Pommelées de vermeil par le soleil qui fond
Tout doux sur l’horizon : un gros soleil tout rond
Qui éteint lentement ses blondes étincelles

Dans le ciel griffuré par la lumière fauve ;
Un soleil découpé, hachuré par les dents
De la montagne au loin. Les pics noirs au Couchant
Disparaissent au creux de la pénombre mauve

En fondant peu à peu, avalés par la brume.
L’astre-roi n’est plus rien, plus qu’à demi-mangé
Par la montagne aiguë ; un mi-soleil rongé
Par la nuit qui s’en vient. Un grand croissant de lune

Vient juste d’apparaître en plein mitan du ciel.
Il ne subsiste plus qu’un halo de lumière
Sur l’écume mousseuse et bleue de la rivière
Que la lune effilée marbre de reflets miel.

*Sommet des Alpes de Haute-Provence

Publié dans Automne, La Haute Provence | Laisser un commentaire

Les Baux en hiver

Michel Bec

Poème illustré par un tableau de :

Michel Bec

L’automne a passé le flambeau
A l’hiver. Un poisseux ciel gris
Que déjà la nuit assombrit
Pèse lourdement sur les Baux.

Le village est vide, et le vent
Y mène sa danse infernale :
Assourdissante bacchanale
Du mistral qui court droit devant

Comme un centaure sans raison
Tonitruant dans les venelles.
La débandade habituelle
D’une morne et triste saison !

Te rappelles-tu l’an dernier
Quand l’on y fit une balade,
Poussés dans notre promenade
Par ce vent fou qui ricanait ?

Il y faisait si froid alors
Que ton doux visage était pâle,
Pâle comme l’anneau d’opale
Auréolant le croissant d’or

De la lune accrochée au ciel.
Les vieilles maisons du village,
Bastides grises d’un autre âge,
Etaient éclaboussées du miel

De la ténébreuse lueur.
Le vent tordait ta chevelure
Qui dansait comme une voilure
Autour de ton visage en cœur…

Les Baux sont tristes en hiver.
Tu n’es plus là, tu t’es perdue
Dans une existence éperdue…
Dis, n’ai-je point assez souffert ?

Peut-être un jour reviendras-tu ?
Je t’attends rue de la Calade
Où l’infernale cavalcade
Du vent dévale à qui veux-tu….

Publié dans Amours, Automne, Hiver, La Haute Provence, La Provence au coeur | Laisser un commentaire

J’étais si bien là-haut…

2montagne

J’étais si bien là-haut, mais il me faut partir,
Accepter de quitter cette Haute-Provence
Où flotteront toujours des vestiges d’enfance
Et les ombres dorées de lointains souvenirs.

Il y faisait si bon quand en triomphateur
Le soleil déchaînait sa folie sur la plaine !
Nous nous en fichions tous, appréciant notre veine
De pouvoir nous soustraire à l’intense chaleur

Qui régnait tout en bas. L’on y était au frais,
A flâner lentement sur les bords de l’Ubaye
Ou à pique-niquer alors que les sonnailles
Des vaches qui broutaient tintinnaient dans le pré.

Et puis ces randonnées sous les mélèzes bleus,
Ces hivers cotonneux molletonnés de neige ?
Ces automnes si doux sur la montagne beige
Tavelée de couleurs par les arbres en feu ?

Et la piste tout près, à trois longueurs de ski,
La descente facile appelée Savonnette
Par tous les faux sportifs ? Et puis Barcelonnette,
Ses chalets « mexicains »* et leur style inouï !

Je n’irai plus là-haut qu’en simple visiteur,
Foulant en pérégrin notre belle montagne
Zigzaguant sur le ciel ; et la sinistre aragne
D’un regret lancinant me pincera le cœur…

* Voir l’histoire des « barcelonnettes » émigrés au Mexique

Publié dans La Haute Provence, La Provence au coeur | Laisser un commentaire

Le nuage récalcitrant

nuage

L’aube teinte de roux la montagne qui dort,
Encor tout embrumée au-dessus de l’Ubaye.
Nimbant de ses rayons un marmotton qui baille,
Le soleil ranimé l’encapuchonne d’or,

Le métamorphosant en peluche cuivrée…
Tout est encor très calme, hormis le clapotis
Du torrent qui bondit, et un doux chuchotis
Sourdant étonnamment de l’écume nacrée.

Un soleil pâlichon est posé sur l’Estop
Qui penche son sommet au-dessus du village ;
Il n’y a dans le ciel qu’un tout petit nuage
Qui s’y est accroché depuis deux jours, non-stop,

Et n’en veut point partir. Bien jolie broderie
Que la brise rudoie du matin jusqu’au soir,
Mais qui ne bouge pas, ne paraît point vouloir
Se disperser enfin. Une bizarrerie

Du ciel calme de juin refusant d’effacer
Ce plumet cotonneux qui se croit immuable !
Le temps s’est arrêté. Maudit temps détestable
Qui veut tout abolir, transformer en Passé

Toute chose jolie et qui semble immortelle !
Le nuage figé depuis deux jours entiers
Au-dessus de l’Estrop sous le soleil altier
Veut faire croire à tous que n’est pas éternelle

L’inéluctable course implacable du Temps.
Il est blanc, floconneux, tout rond comme une boule
Ou un agneau dodu. Et le torrent qui roule
Fait bouger son reflet sur le flot froufroutant…

Publié dans La Haute Provence, Le début de l'été, Zooland | Laisser un commentaire

Double visage

double-face

Comme Eva, le Cousson a un double visage :
Un versant est doré, abreuvé de soleil
Dès le petit matin. Des mélèzes fort sages
S’y accrochent tout droit sous les rayons vermeils,

Alignés au cordeau en un ordre sévère,
Leur cime bien pointue saupoudrée à l’or fin.
Ruisselant de clarté, scintillant de lumière,
La montagne est dorée ; son adret est enfin

Délivré des frimas, de leur pénombre brune
Et tout éclaboussé par le ciel bleu de mai.
Il est encor plus beau quand un croissant de lune
S’accroche par sa corne au surplomb du sommet.

L’ubac est ténébreux. Comme Eva qui s’éveille,
Déjà désenchantée malgré le grand beau temps !
Tout aussi morne qu’elle, l’ombre qui l’ensommeille
Et qui le refroidit y freine le printemps…

Elle est souvent ainsi ; mais peut être joyeuse
Quand son rire en cascade anime la maison :
D’humeur gaie, enjouée, si drôle et lumineuse,
Puis soudain déprimée sans aucune raison.

Un côté rayonnant et une face sombre…
Comme Eva la montagne est double, infiniment.
Une part de lumière et une zone d’ombre :
Aimer les deux versants ? Le sort de son amant…

Publié dans Amours, La Haute Provence, Les gens | Laisser un commentaire

Dégel

neige

Poème illustré par une aquarelle de :

Josette Mercier-Kornmayer

La neige fond tout doux, et l’âme de la Terre
Mise à mal par l’hiver réapparaît partout.
La montagne est pelée ; un tiède soleil roux
Effleure les sommets de sa pâle lumière

Accentuant encor leur molle conversion.
La bise du matin n’est plus qu’un léger souffle
Sur les épicéas dénudés que camoufle
Un toupet blanc ténu, plumet en réduction.

La neige est larmoyante et pleure à grosses gouttes,
Flic et floc argenté criblant le blanc tapis
De sombres petits trous. L’hiver s’est assoupi,
Se laissant digérer par le temps qui s’égoutte.

Le redoux arrondit les cristaux étoilés
Qui fondent à vue d’oeil, transmués en liquide :
Pleurs presque congelés, perles encor limpides
Roulant sur le sol gris en un maigre filet.

Les gouttes – flip et flap – de la neige qui meurt
Ne sont plus maintenant qu’un nuage de brume,
Un voile évanescent où le soleil allume
Comme des papillons mille et mille lueurs…

Publié dans La Haute Provence, Printemps | Laisser un commentaire

La montagne est mouillée…

?????????????????????????????????????????????????????????

Poème illustré par un tableau de :
Rémi Clarke

La montagne est mouillée et luit sous le ciel gris
Tout vernissé de pluie. La route zigzagante
Erre de-ci, de-là, et la chaussée fumante
Qui monte et redescend saute comme un cabri

En filant vers le val. L’orage s’adoucit,
Grondant un peu moins fort là-haut dans la montagne
Après un jour entier de hargne et de castagne.
Malgré ce petit vent qui se lève et forcit,

Nous pourrions jusqu’au soir faire un tour à vélo ?
Monter en ahanant des côtes verticales,
Sentir dans nos mollets des crampes colossales,
Avoir les pieds trempés par la bouillasse et l’eau

Qui gicle sous les roues, n’est-ce point merveilleux ?
La montagne est brodée d’une fine dentelle
De vapeur azurée. Mais peut-être va-t-elle
Se transformer en pluie tant est capricieux

Ce temps peinturluré de curieux coloris ?
La montagne sent bon, mais l’odeur aigrelette
Des mélèzes roussis nous tourne un peu la tête.
La montagne est mouillée et luit sous le ciel gris…

Publié dans Automne, La Haute Provence | Un commentaire