Archives de catégorie : La Haute Provence

Bientôt…

Quand l’hiver posera sur la Haute-Provence,
Comme un dôme étouffant, son ciel gris et brumeux,
Il faudra s’efforcer de songer à la chance
D’avoir là, sous les yeux, ces nuages crémeux

Enjolivant le Brec dès le petit matin.
Flottera sur le Sauze une brume frisquette
Floutant les monts tout gris d’un voile inopportun ;
Et désormais inapte à hurler à tue-tête

Comme à la mitan d’août, le soleil rabougri
Se fera tout petit en prenant de la gîte,
Posé sur l’horizon tôt dans l’après-midi.
Ce temps n’est plus très loin ! Et les oiseaux s’agitent,

Comme s’ils projetaient le grand rassemblement
Qui va les regrouper pour la proche aventure.
Le feuillage moins vert pendouille tristement,
La chanson de l’été n’est plus qu’un doux murmure…

Dans à peine deux mois l’hiver sera donc là,
Nous poussant toujours plus de son souffle si froid
Vers la fin de la vie. Cette vie qui s’en va
Tout au long d’un chemin de plus en plus étroit…

Publié dans Hiver, La Haute Provence | Laisser un commentaire

Sur le grand plateau roux…

Sur le grand plateau roux autour de Valensole
Le vent fait onduler les blés comme un dément.
Le soleil qui tournoie scintille éperdument
Sur le plumage noir des corbeaux qui s’envolent

Alors que gronde au loin la rumeur d’un orage.
Le ciel est étouffant, les nues sont indigo,
Se délestant parfois de rares gouttes d’eau.
Il y a vers Gréoux un monceau de nuages

Zébrés de temps en temps par des serpentins jaunes.
Sur le village gris, tout près, tinte le glas :
Un villageois est mort, une âme qui s’en va
Faire un dernier voyage ; et la cloche qui sonne

Sanglote en même temps que les nuages crèvent.
L’homme était peu aimé. Et pour l’accompagner
Des gens bien peu nombreux, tous en train de grogner
Contre l’agitation de l’été qui s’achève.

L’orage a éclaté ; dans le vieux cimetière
Où l’eau s’est abattue tout le monde s’enfuit.
Les oiseaux se sont tus. Tout à coup c’est la nuit
En plein après-midi. Un zeste de lumière

S’accroche encor un peu à la nouvelle tombe
Boueuse et délaissée dans l’énorme fracas
Des éclairs aveuglants. Puis il marque le pas…
Sur le trou mal comblé, lentement, la pluie tombe.

Publié dans La Haute Provence, La Provence au coeur, Zooland | Laisser un commentaire

Le four

Poème illustré par un tableau de :
Vincent Honnoré

L’on dirait qu’est ouverte la porte d’un four :
Dès qu’on sort, l’air ardent nous chope et nous assaille
En nous coupant le souffle. Et notre cœur tressaille
Sous cet assaut brûlant! Ça fait déjà trois jours

Qu’on n’ose plus flâner tellement il fait chaud.
Et sitôt qu’on le fait, sitôt on le regrette
Tant l’énorme étouffoir nous fait tourner la tête.
Marseille est maintenant un énorme réchaud,

Qui va, c’est évident, commencer à bouillir
Si le soleil poursuit ce maudit badinage
Où il se rit de nous, exerçant ses ravages
Sur notre pauvre corps tout prêt à défaillir.

En ville, il fait trop chaud ! Partons donc pour l’Ubaye,
Il fait bon tout là-haut : peut-être y fait-il frais ?
L’on pourrait se baigner dans le Lac, et errer
Sur ses rives fleuries. Oublions le travail

Et la ville oppressée qui se meurt peu à peu.
Lâchons tout et fuyons vers la Haute-Provence,
Ses versants verdoyants, la fraîche transparence
De son ciel lumineux et certainement bleu…

Publié dans Chez nous, La Haute Provence, La Provence au coeur, Le début de l'été, Le soleil-lion, Marseille | Laisser un commentaire

Caprice

Le soleil reposait là-haut sur la montagne,
Heureux d’y être à l’aise et de ne plus bouger.
Il était bien ainsi, assis sur un léger
Nuage rondouillet. Tout en bas la campagne

Grésillait sous ses rais un peu tonitruants.
Quelle idée s’en vint lors lui déranger la tête ?
Une idée de voyou, une idée malhonnête
Envahit son esprit, et comme un vrai truant

Sans parole ni foi, oubliant ses principes,
Il pensa qu’il pourrait toujours demeurer là.
Bourlinguer dans le ciel ? Il en était fort las.
Il ne bougea donc plus, comme un gnard s’émancipe

Du joug de ses parents, contre toute raison.
Au soir du premier jour, les gens s’en étonnèrent ;
Et puis la peur s’en vint, et tous se récrièrent
Contre l’astre incivil aux si piètres façons.

Il s’en fichait pas mal, resta sur son nuage
Jusqu’à ce qu’il ait chaud, bien trop chaud à son gré,
Et bouillonne en son jus, ses millions de degrés.
Au bout de quatre jours il rêvait de la plage,

De la mer tout en bas… Oh, se plonger dans l’eau !
Alors, n’en pouvant plus, il quitta la montagne
Et s’en fut s’immerger au pays de Cocagne,
Une plage isolée posée sur un îlot.

Les gens débarrassés de son omniprésence
En furent fous de joie. Son éclat trop pesant
Les anéantissait. Le jour s’éternisant
Refit place à la nuit dans toute la Provence,

Et le soleil reprit son trajet éternel.
Le temps reprit son cours, et la raison aussi.
Le soleil oublia s’être un beau jour assis
Sur une grosse nue somnolant dans le ciel.

Publié dans Contes, La Haute Provence, Le début de l'été, Le soleil-lion | Laisser un commentaire

Les deux loups

Dans les rues ouatées du village endormi
Sont passées ce matin deux ombres silencieuses :
C’étaient deux grands loups noirs à l’allure orgueilleuse,
Ces loups dont tout berger est le pire ennemi.

Le premier était vieux, traînant un peu la patte.
Le second le suivait comme l’on suit le chef,
Juste un peu en retrait. Eloignés de leur fief
Là-haut dans la montagne, de vrais aristocrates

A l’air très assuré et forts de leur bon droit !
Ils traversaient Le Sauze, absolument tranquilles
Dans la rue assoupie de la petite ville.
Ils n’y redoutaient rien, ils en étaient les rois.

La lune est apparue, bien claire et toute ronde…
Alors les deux grands loups se sont soudain dressés
Sur les pattes arrière et se sont transformés
En chevaliers d’antan, projetés hors d’un monde

Evanoui depuis un peu plus plus de mille ans.
Ils étaient tout armés, portaient une cuirasse
Tout empéguée de sang. Derrière eux nulle trace
Car ils étaient sans poids… Puis la lune en roulant

S’est enfuie dans le ciel. Tout aussitôt les hommes
Sont redevenus loups, soudain ré-enchantés.
Ils sont donc repartis, esprits noirs et hantés,
Espérant bien un jour redevenir comme

Ils étaient autrefois avant d’être maudits
Pour avoir trop tué, courant de guerre en guerre.
Une bonne leçon ? Oui, mais c’était naguère,
Quand la mort était laide et le crime interdit*

De nos jours, ce n’est pas le cas, n’est-ce pas ? Hum !

Publié dans Contes, La Haute Provence, Zooland | Laisser un commentaire

Insatisfaction

L’on est en plein brasier : la chaleur infernale
Du soleil provençal au mitan de l’été !
Sensation d’étouffer, malaise exacerbé
Par un temps aussi chaud qu’en terre tropicale…

L’on se plaint, l’on gémit, l’on n’en peut vraiment plus
Et l’on songe à novembre, à sa fraîcheur hiémale.
L’on rêve de glaçons, de gelées maximales
Et de ce jour béni où par chance il a plu

Une grêle glacée qui brouillait l’atmosphère.
Puis on pense à la neige, à sa fraîche saveur,
A ces flocons piquants cueillis avec ferveur
Par le bout de la langue, et où l’hiver s’affaire

A saupoudrer d’argent les pistes de Praloup…
Mais cette chaleur d’août est tellement pénible
Qu’il faut faire un effort pour que semblent crédibles
Le froid gris de l’hiver, les contours un peu flous

Des monts sur l’horizon saupoudré de cristal.
Puis le gel pétrifiant, la brume enveloppante
Et l’étrange impression que l’air sibérien tente
D’envahir nos poumons de son souffle glacial

Nous fait vite aspirer à l’enfer de l’été…
Les Provençaux parfois sont des gens insatiables ;
Ils possèdent l’endroit ? L’envers leur semble aimable !
Toujours insatisfaits, tels des enfants gâtés…

« I can’t get no satisfaction, hey, hey, hey, hey… »

Publié dans Hiver, La Haute Provence, Le soleil-lion | Laisser un commentaire

Brume d’automne

Poème illustré par un tableau de :

Caspar David Friedrich
(1774-1840)

Les sommets de l’Ubaye paraissent écrêtés
Tant la brume les noie d’un voile sécrété
Par l’aube rembrunie du début de l’automne.
Le ciel a dégueulé de tristes vapeurs jaunes

Qui flottent sur les toits d’Enchastrayes endormi.
Depuis quelque huit jours le ciel clair a blêmi,
Perdant tout doucement sa couleur provençale
Pour passer d’un bleu pur à un indigo pâle.

La montagne est floutée par des pans de brouillard
Amollissant ses pics plantés comme des dards
Dans le ciel de septembre. Et les cimes pointues
En semblent arrondies, sans ces lignes aiguës

Découpant l’horizon de leur contour brisé.
Malgré le temps bouché, des éclairs irisés
Jaillissent quelquefois du fin-fond des nuages,
Comme pour rappeler la lumineuse image

Des dernières journées de l’été moribond.
Des lambeaux de brouillard voguent en vagabonds
De sommet en sommet en haut de la montagne.
Un très pâle soleil parfois les accompagne

Presque en catimini de ses ternes rayons.
La brume qui se tord en rondes contorsions
Drape d’un tulle gris les branches des mélèzes.
De la montagne suinte un mystérieux malaise…

Publié dans Automne, La Haute Provence | Laisser un commentaire

L’oiseau-majuscule

Un oiseau s’est posé là-haut sur la Chalanche.
Il a fait tant d’efforts qu’il se sent tout recru
D’une énorme fatigue. Il n’aurait jamais cru
Y parvenir un jour ! Mais dans l’aurore blanche

Il se sent sublimé, comme le roi d’un monde ;
Un monde désolé, un univers de pierre
Mais d’où, auréolé d’un halo de lumière,
Il peut tout dominer à des lieues à la ronde.

En bas, tout est petit, incertain, minuscule
Comme lui ce matin, quand il n’était qu’un rien,
Rien qu’un souffle emplumé, un minus aérien.
Il se sent désormais un oiseau-majuscule

Perché sur un piton. Tout enflé de gloriole,
Il surplombe le monde en s’en croyant le roi…
Pauvre petit oiseau ! Quel serait son effroi
S’il savait qu’il n’est rien qu’une pauvre bestiole

Qu’un aigle vient de voir du côté de l’adret :
Une bouchée dodue ! Sauve-toi, tout-petit ;
Soustrais-toi sur le champ au sauvage appétit
De l’énorme rapace aux griffes acérées !

Regarde vers le ciel, lève un plus peu la tête.
Tu peux avoir le temps de vite t’envoler
Vers ce creux, là, tout près, pour y dégringoler ;
Ne point être avalé par la funeste bête…

Je n’en dirai pas plus : selon votre nature
– Un pessimisme noir, un optimisme né –
Vous pouvez le sauver ou bien le condamner !
Imaginez tout seul la fin de l’aventure…

Publié dans La Haute Provence, Zooland | Laisser un commentaire

Fin d’été en montagne

Il y a sur l’Estrop un étonnant nuage
Tout tarabiscoté. Le ciel est tourmenté,
Livide et orageux. C’est la fin de l’été.
Sur le lac obscurci s’est posé un mirage

Frémissant doucement, voile fantomatique
Qui dissimule l’eau sous un tulle irisé.
La montagne a rugi, et son ciel est brisé
Par de longs éclairs bleus aux zigzags fantastiques.

C’est la fin de l’été, un petit peu l’automne.
On vit en ce moment une étrange saison
Où le temps se comporte hors de toute raison.
Le ciel est presque blond. De la montagne jaune

Coule un torrent bourbeux hérissé de lumière
Et de feuilles ocrées balancées par le vent
Qui vient de se lever. Elles vont droit devant,
Frêles petits vaisseaux ; et ce sont les premières

A s’être détachées des arbres qui s’endorment.
L’automne est là, tout prêt à prendre son essor,
A sortir ses atours ornés de cuivre et d’or.
La nuée sur l’Estrop peu à peu se transforme,

Ressemblant maintenant à une fleur immense.
C’est la fin de l’été, l’automne est presque là,
Et, dès le soir venu, l’on a même un peu froid.
Le vent a disloqué le nuage qui danse…

Publié dans Automne, La Haute Provence | Laisser un commentaire

Veux-tu venir, ami…

Veux-tu venir, ami ? Tu le vois, je t’invite
En un pays béni tout fleuri de cigales,
De soleil, de beau temps… Une terre idéale
Où il fait si bon vivre. Et que l’hiver évite

Car il s’y sent perdu, vraiment désemparé
Par la douceur ambiante et l’énorme lumière
Qui gicle de l’espace et prépare la terre
A couver en son sein un monde chamarré

Eclosant bien plus tôt qu’ailleurs partout en France.
Pays des doux printemps et fief des chauds étés :
Je t’y mène avec moi. Tu y seras fêté
Comme tous les amis qui viennent en Provence.

Tu sembles fatigué ? Viens, nous allons monter
Tout en suivant l’Ubaye jusqu’à Barcelonnette.
Nous sommes au printemps, la montagne est en fête,
Le Cimet s’est mué en un monde enchanté

Où glougloutent en cœur des cascades d’eau vive.
Respire : l’air est vif mais sent bon le soleil !
La montagne renaît après un long sommeil
Et bourdonne de vie, s’arrachant à ces rives

Froides et désolées qui enclosent l’hiver.
Un tichodrome* chante… Et la brise qui danse
Fait valser les nuées au creux du ciel immense.
Les mélèzes tout nus sont festonnés d’un vert

Qu’on aimerait goûter… C’est à pleines goulées
Qu’on boit le vent qui tourne et vire autour de nous.
L’on savoure, on est bien. Remercions à genoux
Cette marche du Temps toujours renouvelée…

* Charmant petit oiseau montagnard

Publié dans La Haute Provence, La Provence au coeur, Printemps | 2 commentaires

Jour d’orage

La montagne flamboie. Le temps est à l’orage,
Et sur les hauts sommets un voile de vapeur
Flotte tel un rideau. Serait-ce point la peur
Qui m’oppresse  si fort ? Il y a un mirage

Au-dessus de l’Ubaye, qui irise ses eaux
D’un halo de couleurs. Et cette onde si fraîche
Dévalant de là-haut dicte à ma bouche sèche
Un désir de sorbet… Plus aucun chant d’oiseaux :

L’orage est imminent, et c’est sûr qu’ils se cachent
Avant que ne fulgure un tout premier éclair.
Là-bas, vers Entrevaux, le ciel est encor clair,
Mais avec à l’Ouest une traînée qui tache

Son bleu couleur d’été d’un long dégueulis roux.
La montagne se tait et le ciel lourd suffoque ;
Tout semble pétrifié, quand les nues se disloquent
En fragments lumineux. Brusquement, d’un seul coup !

Le ciel déverse enfin un déluge de pluie,
Cette pluie le gonflant depuis début juillet.
L’on respire bien mieux, et de l’humus mouillé
Suinte une fade odeur. La chaleur s’est enfuie…

La montagne rutile et brille sous le soleil.
On la dirait repeinte à grands coups de pinceau
D’émeraude et d’or frais ruisselant à pleins seaux.
L’astre-roi redéploie son gros disque vermeil.

Publié dans La Haute Provence, Le début de l'été, Le soleil-lion | Laisser un commentaire

Redoux

Entends-tu sous le toit la charpente qui craque ?
Le chalet comme un chat qui s’étire au réveil
Fait grincer sa carcasse au tout premier soleil,
Etirant ses cloisons de très vieille baraque,

Bâtie tout de guingois, dans la prime chaleur.
Du fond de la vallée une brume irisée
S’élève lentement, et la ligne brisée
De la montagne bleue se moire de couleurs.

Entends-tu ce roucou dans le fond du jardin ?
C’est la première fois qu’un chant de tourterelle
Annonce le printemps. Pour trouver une belle
Ou fêter le beau temps qui s’immisce soudain

Au cœur de la montagne après un rude hiver ?
La neige fond tout doux. De l’eau glacée ruisselle
Sur la façade en bois que de gaies étincelles
Eclaboussent de roux. Quelques touches de vert

Commencent à pointer au creux des jardinières,
Et des colchiques bleus pointillent les versants
Où le premier soleil s’éclate en déversant
A clarté que veux-tu de longs rais de lumière.

La montagne revit. Un oiseau cabriole
Tout en haut d’un mélèze encor un peu pouilleux
Sans son feuillage vert. Un zéphyr délicieux
Fait onduler l’Ubaye au souffle de sa viole.

Publié dans A la maison, La Haute Provence, Printemps, Zooland | Laisser un commentaire

L’entre-deux

La station est déserte ; il n’y a plus de neige,
Hormis des glaçons gris qui s’agrippent aux toits.
Un chasse-neige usé et caduque nettoie
Une ultime gadoue sur le macadam beige

Car le dernier redoux a dépeuplé Praloup.
Le ciel est nuageux, la montagne grisouille.
Des gouttières usées et morveuses pendouillent
Des cristaux égouttant une eau salie. Un loup

S’est même aventuré au cœur de la station
Tant elle avait un air de ville abandonnée ;
Un décor pour un film où veut être donnée
Une impression d’angoisse et de désolation !

Est-il vrai que jeudi l’on jouait à glisser
Sur ces pentes ventrues, riant à perdre haleine ?
La station est fermée. Hier elle était pleine
De vie et de gaieté. Quelque chose est faussé,

Et semble inachevé, oublié, hors du temps…
Praloup n’est plus semblable à ses cartes postales
Et paraît maintenant vieux et moche et très sale.
Il se recroqueville, attendant le printemps…

Publié dans Hiver, La Haute Provence, Printemps | Laisser un commentaire

J’aimerais, je voudrais…

J’aimerais, je voudrais m’envoler tout en haut
De la montagne bleue penchée sur la vallée ;
Et puis, niant ma peur, toute crainte avalée,
M’élancer du sommet comme une-femme oiseau.

Je voudrais, j’aimerais m’ébattre dans le ciel
Pour y glaner enfin des flocons de nuages,
Et voir la mer au loin tel un brumeux mirage
Où dansent des bateaux irisés d’arc-en ciel.

J’aimerais, je voudrais grappiller des étoiles
Pour les disséminer aux cimes des sapins
Et des mélèzes noirs, sur les monts subalpins
Que le gel hivernal drape d’un léger voile.

Je voudrais, j’aimerais incendier la lune
Pour qu’elle soit enfin l’égale du soleil
Et embrase les nues de son cercle vermeil
Qui enflamme la nuit, sa mélancolie brune.

J’aimerais, je voudrais musarder dans le ciel,
Valser au fil du vent au-dessus des vallées ;
Et puis planer tout doux après m’en être allée
Rejoindre l’horizon repeint d’or et de miel.

Je voudrais, j’aimerais rester toujours là-haut
Pour un dernier ballet. Un ultime voyage
Au pays où la mort n’existe plus, ni l’âge ;
Où des gens comme moi volent tels des oiseaux…

Publié dans Contes, La Haute Provence, Questions ? | Laisser un commentaire

Le mal-aimé

Poème illustré par une aquarelle de :
Denis Goy

Dans l’âtre du salon, un premier feu ronronne,
Avec de temps en temps une sourde explosion
D’étoiles et d’éclairs, comme lave en fusion.
L’on est bien, il fait chaud. Dehors le vent marmonne

Qu’il voudrait pénétrer au creux de la maison.
Mais ici l’on répugne au vent de la montagne
Qui annonce un grand froid et souvent s’accompagne
D’un gel insupportable, hors de toute raison !

Pour le moment, ça va ; il reste raisonnable
Et malgré son dépit, demeure fort courtois.
L’on a rentré du bois jusques en haut du toit,
Bien qu’octobre tout neuf soit encor très aimable,

Qui a peint la montagne avec des pigments roux ;
Roux comme les mélèze(s), aussi roux que les flammes
Qui rongent les rondins comme le font les lames
A l’assaut des rochers, là où le temps est doux.

Chez nous l’hiver est proche ; il sera très très rude
Car les oies sont passées depuis déjà longtemps.
Le vent désemparé s’incruste en tapotant
Les vitres du séjour : c’est son assuétude

Quand il souffle en octobre et que tombe la nuit !
Dehors le temps fraîchit, et la montagne rousse
Flamboie dans le Couchant. Le vent gémit et tousse,
Et puis désespéré s’en retourne chez lui.

Publié dans A la maison, Automne, La Haute Provence | Un commentaire