Archives de catégorie : A la maison

Referme bien la porte…

 

Poème illustre par un tableau de
Vincent Van Gogh
(1853-1890)

Referme bien la porte, il fait si chaud dehors !
Il y a bien trois jours que cette canicule
S’est abattue sur nous, du Sud jusques au Nord.
L’on est anéantis. Même ici l’on recule

Dès qu’il faut se résoudre à aller au village.
Il fait si bon dedans où le ventilateur
Ronronne tant et plus comme un gros chat bien sage !
Il y a au frigo un rosé tentateur

Où vont dans un instant cliqueter des glaçons :
Ce serait indécent de commencer à geindre…
Les cigales dehors crissent à l’unisson,
Seules petites vies à ne jamais se plaindre

Quand il fait vraiment chaud. Minuscules prêtresses
De l’été triomphant et du soleil radieux,
Elles font vibrer l’air en criquant d’allégresse
Pour fêter l’apogée de leur terrible dieu.

Oh, qu’on est bien dedans ! Le Bandol est parfait,
Qui nous oint le gosier de sa fraîcheur exquise ;
Si léger, gouleyant… Et nos corps assoiffés
Enfin désaltérés vont pouvoir lâcher prise.

Mais le jardin a soif et il est lamentable.
Il va falloir quand même un peu se secouer
Pour aller l’arroser ! Aspersion secourable
Car cet été brûlant le frappe de plein fouet.

L’on ira tout à l’heure… Oh, trente-huit degrés !
Et si l’on s’allongeait tout nus sur le dallage ?
Délicieuse impression avec un seul regret :
Y penser bien trop tard tant ce contact soulage 

Nos corps déshydratés et notre peau qui brûle.
Oh, qu’on est bien dedans ! Le jardin attendra
Qu’on daigne enfin sortir de notre chère bulle :
Notre maison fermée à cet août scélérat.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Publié dans A la maison, Chez nous, La Provence au coeur, Le début de l'été, Le soleil-lion | Laisser un commentaire

Le ventilateur assassiné

Depuis presque trois jours tout là-haut en Ubaye,
La canicule est là et nous allons craquer
Tant la chaleur nous tue ! Tout prêts à suffoquer !
Même le soir venu la chaleur nous assaille

Et nous n’en pouvons plus. La nuit va refroidir
La montagne qui cuit mais , hélas ! notre chambre
Est juste sous le toit et l’on y va souffrir,
Bien qu’on l’ait isolée dès le mois de septembre

Car elle semble un four sous les lauzes des combles.
Nous avons donc acquis un grand ventilateur,
Succédané de vent et buveur de sueur,
Pour rafraîchir nos peaux, nos corps de fond en comble…

Nous avons encor chaud mais c’est bon d’être nus
Blottis l’un contre l’autre. Un frisson, de l’ivresse…
Nous en remercierions l’été d’être venu
Redonner à nos corps un surcroît d’allégresse !

Bien douces sont tes mains, et j’en oublierais presque
Que dehors c’est l’enfer, que l’air est un brûlot*.
Tiens, tu as renversé le pauvre ventilo !
Oh, que c’est bon, l’amour… Sortir serait grotesque !

Peu importe après tout ces jours de canicule
Car nous brûlons sans elle ! Et le ventilateur
Ne saurait pas vraiment engourdir notre ardeur,
Nos épidermes joints, nos corps qui s’articulent

En un rythme parfait… Cette étuve estivale,
Excessive en montagne, est devenue désir.
Le ventilo mourant a poussé un soupir.
Canicule en Ubaye ? Canicule idéale…

* je sais que je n’emploie pas ce mot selon sa définition « officielle » ! Mais permettez-moi de lui donner un troisième sens ( brasier ) : ça lui va tellement bien ici ! Et la rime n’est-elle pas parfaite ?

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Publié dans A la maison, Amours, La Haute Provence, Le début de l'été, Le soleil-lion, Les gens | Laisser un commentaire

Massacre

Poème illustré par un tableau de :
Annie Rivière

Ces foutus Saints de glace ont flingué mon jardin !
S’éveillant en fanfare avec moult allégresse,
Mes roses ranimées tendaient avec ivresse
Leurs tout premiers bourgeons au soleil du matin

Quand soudain, patatras ! Leur feuillage pendouille,
Et mes autres semis n’ont plus très fière allure
Après ce coup de gel, tout comme la ramure
Du vieux micocoulier. Les trois vieilles fripouilles

N’ont pas raté leur coup en visant ma maison
Egayée par ces fleurs dont elle était si fière
Et qui gommait son air de vieille douairière !
A cause de ce froid qui n’est pas de saison,

Redevenue guindée, avec son air austère
De couvent buriné par la pluie et les ans,
Il a suffi du gel et d’un grand coup de vent
Pour ruiner tout ce qui la rendait moins sévère

Et moins assujettie à l’usure du temps.
Il va falloir trier, ou replanter des plantes
Pour tout recommencer. Qu’elle se ré-enchante
D’être ainsi rajeunie par l’éclat du printemps.

Mais c’est sûr que bientôt elle s’en va renaître ;
Sous la poutre du toit, le nid des hirondeaux
Est prêt à accueillir de tout nouveaux oiseaux.
Lundi, mardi, demain ? Ou bien jeudi, peut-être…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Publié dans A la maison, Chez nous, La Provence au coeur, Printemps, Zooland | Laisser un commentaire

Mamert, Pancrace et Servais

Aujourd’hui, tous les trois, nous sommes fous furieux :
Ecoutant la radio tout comme d’habitude
Nous avons entendu – et le coup était rude !
Que nous ne serions point ces trois Saints si odieux

Qu’ils grillent quelquefois les plantes toutes neuves
Par de grands coups de gel vraiment inattendus
Au retour du beau temps. L’on nous a confondus
Avec d’autres benêts ! « Il n’y a pas de preuves ! »

A dit le journaleux. Nous qui étions si fiers
De notre renommée – certes point honorable !
Nous avons décidé d’être bien moins affables,
Ne laissant après nous que souvenirs amers

Lors de chaque printemps ! Le onze, douze et treize
Du joli mois de mai ! Ainsi l’on pourra voir
Que, bien que saints tous trois, nous avons le pouvoir
D’enquiquiner les gens en en étant bien aise.

Tiens ! Ça leur apprendra de nier la nuisance
Qui peut nous animer quand on est mécontents.
Et ils auront beau dire, ils auront leur comptant
De froid, de pluie, de neige à notre convenance…

On grelotte partout, tout le monde est gelé !
La faute au journaleux qui n’a pas voulu croire
Que ce qu’on racontait n’était pas une histoire.
Bonnes gens, vous auriez dû tous le museler …

*Les Saints de glace !
« Les Saints Servais, Pancrace et Mamert : à eux trois, un petit hiver », dit le dicton

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Publié dans A la maison | 2 commentaires

L’escalier buissonnier

Dans la maison de Jean, un très vieil escalier
S’échine vaillamment à monter et descendre
Depuis cent cinquante ans. Fait d’un pin un peu tendre,
Il a été foulé par des milliers de pieds

Et en garde la marque incrustée dans son bois.
Un escalier tournant, dit « en colimaçon »,
Qui tournicote ainsi dans la vieille maison
Sans jamais s’arrêter, jusqu’en dessous du toit.

Vous allez m’avancer ( je vous entends déjà !)
Que, non, ce n’est pas lui qui se fatigue ainsi,
Que c’est Jean et les siens ! N’oubliez pas ceci :
Dans les vieilles maisons comme ce très vieux mas,

L’on entend tout craquer : meubles, sol et plancher ;
Tout comme l’escalier qu’on oblige à subir
Ces millions de pas ; qui souffre, sans mentir,
Tout comme s’il montait, descendait, remontait…

Car tout a bien une âme, et Jean s’en aperçut
Un soir du mois de juin. L’air était si cuisant
Sous le vieux toit bancal qu’il ouvrit largement,
Pour pouvoir respirer, la lucarne au-dessus

De l’escalier ravi, qui lors en profita
Pour se carapater et filer vers le ciel,
Y rejoignant enfin un très bel arc-en-ciel
L’attendant patiemment depuis plus de deux mois.

Bien que remis de tout, Jean se mit à crier.
Il fallut le treuiller, puisqu’il était en haut,
Jusqu’au rez-de-chaussée. Il en resta idiot
Sans pouvoir dire un mot pendant des jours entiers.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Publié dans A la maison, Contes, Le début de l'été, Les gens | Laisser un commentaire

La maison du plateau

Là-haut sur le Plateau, j’ai construit ma maison,
Pas bien loin de Gréoux. Près d’un champ de lavande
Qui l’embaume l’été quand le vent sarabande,
L’emmitouflant d’air chaud du sol jusqu’au pignon.

Un grand pin parasol incline sa ramure
Au-dessus de son toit, l’abritant du soleil
Dont l’embrasement d’or tout crépitant balaye
Ses façades ocrées. Et sa verte palmure

La garde du brasier sous sa large ombre fraîche,
Quand l’été pèse lourd sur les bois et les champs
Accablés de chaleur ; quand le chant roucoulant
Des colombes parcourt la garrigue trop sèche.

Une jolie maison, peut-être trop jolie !
Un nuage en passant l’a vue dans le vallon,
Blottie sous le soleil dont les longs rayons blonds
Parent d’or et de feu ses pierres bien polies.

Charmé par sa joliesse et par cette harmonie,
Le nuage surpris a alors décidé
De rester au-dessus pour mieux la contempler,
Semant vite chez nous pas mal d’acrimonie

Envers ce malotru qui nous faisait de l’ombre.
Bien trop à notre goût, car ici à Gréoux
L’on n’aime pas du tout, mais alors pas du tout,
Que le ciel en été vire au gris et au sombre !

Mais tout a bien changé quand on s’est rendu compte
Que les gens enchantés venaient à la maison
Pour nous y saluer bien plus que de raison :
Il y faisait si frais ! Et nous avons eu honte

De notre déplaisir et de notre colère
Envers ce gros nimbus tellement discourtois
Qui s’était installé juste à l’aplomb du toit,
Mais dont l’ombre portée faisait bien notre affaire…

Et il est resté là, joli, frais et aimable,
Tout au long de l’été, juste au-dessus de nous.
Mais un très gros orage a éclaté fin août
Et nous avons perdu… la star de cette fable !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Publié dans A la maison, Contes, La Haute Provence, Le début de l'été, Le soleil-lion | Laisser un commentaire

Un mas nommé lumière

Le soleil de juillet éclabousse de blanc
Les murs de la maison. Tellement éclatant
Qu’il poignarde les yeux, et sa folle lumière
Tombant tout droit des nues fait ciller les paupières.

La maison resplendit sous ces traits lumineux
Déversés par le ciel ; effet vertigineux
Des rayons verticaux pilonnant la Provence
Que la chaleur outrée plonge dans la dormance,

Mais que le mas subit sans en être affecté.
Il y a si longtemps qu’être ainsi impacté
Par le soleil brûlant est dans ses habitudes !
Il subit la chaleur sans trop de lassitude,

Silencieux et serein, même un peu embelli
Par cet embrasement violent qui abolit
Les griffures du temps sur sa vieille carcasse.
Il étincelle tant qu’on n’y voit plus les traces

De l’eau dégoulinant du toit un peu branlant
Dès que s’en vient l’automne au temps brinquebalant .
Le soleil en folie bombarde la garrigue
Où le mas est ancré. Aucun écran n’endigue

Cette extrême fureur naissant aux mois d’été
Sur le plateau trop chaud qui rampe jusqu’au pied
De la montagne bleue où pousse la lavande,
Où de joyeux criquets dansent la sarabande.

Le mas dort au soleil du mitan de l’été
Où le temps étouffant semble s’être arrêté.
Ses vieux murs tout pelés et penchés étincellent
Comme ceux des palais arrogants qui ruissellent

D’or et de pierreries dans les contes d’antan.
Il sait contrecarrer la corrosion du temps,
Tenant tête au soleil insensé qui l’attaque !
Rien ne viendra à bout de l’antique baraque.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Publié dans A la maison, La Haute Provence, La Provence au coeur, Le début de l'été, Le soleil-lion | Laisser un commentaire