Bleu

Delphine Autier

Poème illustré par un tableau de :

Delphine Autier
www.delphine-autier.com

Si bleu, le Haut Plateau* dans la lumière blonde,
Assoupi dans la nuit sous la lune si ronde
Qu’elle est comme la face étrange d’un Pierrot :
Paysage si pur qu’il en fait… presque trop !

Si bleu le Haut Plateau serein et pacifique
Sous ce cercle argenté dont l’aura maléfique
A toujours fait chanter les poètes maudits !
Oh, combien de chansons et combien de mots dits

Sur ce monde enchanté éclosant sous la lune,
Avec ces oliviers striant la lande brune
Magnifiée par la nuit depuis l’aube des soirs
Et métamorphosée par ce bleu et ce noir :

Haute Terre si bleue lourdement endormie
Sous le grand astre blanc dont la face blêmie
Change tout, alentour, au coeur noir de l’hiver ;
Plus du tout de couleurs, ni de roux ni de vert…

Un plateau noir et bleu sous la figure blanche
De la lune trop plate, anémiée, et qui tranche
Sur le velours d’un ciel au noir indéfini
Enveloppant un monde errant dans l’infini…

*Le plateau de Valensole

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Hiver, La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire