Automne en Camargue

Poème illustré par : 

Henri Guey
www.henri.guey.free.fr

Sur Aimargues assoupie s’est posé un ciel roux
Qui prélude à l’automne. Et des vapeurs orange
Flottent sur les marais en rosissant la boue
Palpitant doucement. Un brouet noir, étrange

Qui clapote en cadence, où des bulles, des cloques
Eclatent en geysers de gaz nauséabonds.
Les grands roseaux sont rouille et pendouillent en loques
Sur l’eau saumâtre et grise où le lourd soleil fond.

Les oiseaux sont partis. L’air est calme et feutré
Et la brume indécise ondule en faux-semblants,
Effaçant le décor aux formes estompées.
Parfois passe au lointain l’ombre d’un cheval blanc.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire