Voiles

Poème illustré par :

Marc Laigneau
www.arts-up.info

La mer est de velours et bien douce est la brise
Gonflant comme il le faut des voiles bondissant
Au large du Frioul. Et le soleil cerise
Fait gicler ses rayons sur les vagues d’argent ;

Elles vont dans le vent comme d’énormes fleurs
Sur la surface étale et bleue qui se balance,
Toutes auréolées des multiples couleurs
Dont les peintres bariolent souvent la Provence.

Sur l’horizon rougi par le soleil qui fond
Les voiles se découpent en pointes aiguës
Qui caracolent haut, volent et font des bonds
Comme de grands oiseaux qui s’abîment des nues.

Des touristes en rang sur les rochers des Goudes
S’émerveillent en choeur. Juin est beau ces jours-ci
Car le vent s’est levé. Et si parfois il boude,
Le tout nouvel été croît et s’épanouit.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Marseille, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire