Trahison

Je frissonne et j’ai froid. Et pourtant cet automne
Lumineux est très doux, chamarré de couleurs
Qui devraient rendre moins pénible ma douleur.
Mais je n’y peux rien faire : au fond de moi résonne

Un glas désespérant et qui heurte mon cœur
De notes désolées, si grises et si tristes.
Pour une fois le vent, comme un parfait choriste,
Souffle harmonieusement. Mais hélas ! la rancoeur

Me tourmente bien trop pour que je puisse ouïr
A sa juste valeur son chant mélancolique.
Rien ne saurait gommer l’image diabolique
Qui me fit tant de mal. Comment me réjouir

De la beauté du ciel et de son bleu pastel
Où se détache en roux le cuivre du feuillage ?
S’y superpose encor le délicieux visage
De celle que j’aimais, dont le rire cruel

Me déchira le cœur lorsque je la trouvai
Dans les bras d’un ami de ma petite enfance.
Rien ne peut alléger mon énorme souffrance,
Ni la chanson du vent, ni l’immense beauté

Puissamment colorée d’un automne parfait
Où chante encor l’été. Ma saison préférée
Avant que ne se meur(e) mon âme lacérée.
Comme bien trop souvent, le mal a triomphé…

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Automne, Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Trahison

  1. Alain Balbo dit :

    C’est une ancienne souffrance…et donc, le temps devrait apaiser…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.