Roussillon

 

Poème illustré par un tableau de :

Lionel Spani
www.lionel-spani.com

Savez-vous qu’il existe un village rouquin ?
Perché sur sa falaise aux ocres rutilantes,
C’est Roussillon le fauve que le soleil carmin
Rend encor bien plus roux dans l’aube évanescente.

Les strates étagées de sa longue falaise
Forment comme un gâteau aux couches colorées :
Du presque blanc, du jaune et même un rouge-fraise,
Du beige et de l’or-brun, de la nacre rosée …

On se croit transféré en plein Colorado
Où se tournèrent tant de westerns ensablés.
Mais l’on est en Provence où bat le coeur tout chaud
D’un pays occitan souvent démesuré.

On dit que si la roche y est d’un rouge feu,
C’est parce qu’un archange y vint pour décimer
Ses frères avilis qui reniaient leur Dieu.
Gabriel les passa tous au fil de l’ épée

Et leur sang en giclant a coloré la roche.
Mais le lieu est tranquille. Là-bas le Luberon
Déchiquète le ciel sans autres anicroches
Que deux nuages blancs au gros ventre tout rond.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire