Rencontre

Poème illustré par un tableau de :

Eliane Loeffler
http://www.eliane-loeffler.ch 

C’était à l’aube, un beau matin.
Sans espoir et sans grand entrain
Il se morfondaient au soleil
Au fin-fond du fond de Marseille.

En fait ils étaient très semblables,
Paraissaient même un peu minables
Avec leur ventre tout gonflé
Par du gâchis et des excès.

Mais ils étaient du même bleu,
De la même famille, et , bien mieux !
De ces sacs vendus le plus cher,
En haut de gamme chez Leader !

Ils se sont alors reconnus
Sur ce trottoir, dans cette rue
Comme étant des frères de sang.
Et bien serrés en attendant

Tout pelotonnés la benne,
Recroquevillant leur bedaine,
Ils se sont sentis plus sereins,
Prêts à partir pour Entressen …

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, Contes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire