Provence éternelle

 

 Poème illustré par :

Théo Azambre
www.galerie-création.com

Trois cents jours de beau temps par an,
De la lumière et puis du vent
Brassés par un soleil intense,
Le bleu saphir d’un ciel immense.

Des oliviers et des cyprès
Et d’énormes micocouliers
Ombrant une terre pierreuse
Griffée par les branches des yeuses.

Des dégoulinades de fleurs
Brodées de milliers de couleurs,
Dégringolant sur les talus
Et couvrant le sol un peu nu.

De vieux pins tordus qui cliquètent
Du chant des cigales. La fête
Du grand été grouillant de vie
Après l’hiver en léthargie.

De vieux villages tout penchés,
Des villages un peu usés
Et quelquefois presqu’assoupis
Dans la fournaise de midi …

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire