L’oasis

 Poème illustré par :

Dubois-Gérard
www.dubois-gerard.com

Nous venons enfin de trouver
Un petit coin de Paradis
Après nous être exténués
A marcher juste après midi

Bêtement sous le soleil fou.
C’est une oasis de fraîcheur
Au creux d’un bois presqu’oublié
Par l’exubérante chaleur.

Un ruisseau vif à l’eau très claire
Semble avoir échappé au temps :
Il sautille de pierre en pierre,
Epargné par l’été brûlant

Qui grésille sur la garrigue.
Tout est peint d’un vert étonnant
Qui dissipe notre fatigue
Tant il est frais et vivifiant.

L’ombre y est presque cristalline
Et les cigales pour chanter
Semblent avoir mis leur sourdine.
Un jour d’avril en plein juillet !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire