L’inexorable usure

L’on sent son corps qui s’effiloche
Comme un vieux tissu trop usé.
L’on était beau, l’on devient moche :
Mon Dieu ! Que le Temps est rusé…

Il avance à tout petit pas,
Mais il laisse sur vous des traces :
Les souvenirs d’anciens émois
Qui plus jamais, non, ne s’effacent !

Certains sont comme des corbeaux
Rongeant et corrodant votre âme.
Ces stigmates sur votre peau ?
Les sillons creusés par des larmes

Qui ont coulé bien trop souvent.
Mon Dieu, que la vieillesse est dure
Quand on y sent souffler le vent
De sa mort. Et la triste usure

Marquant les corps et les visages
Est si pénible à supporter !
Malgré la révolte et la rage,
Que l’âge est donc lourd à porter…

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.