Les Barcelonnettes

Poème illustré par un tableau de :

Alexandre Houllier
http://artiste-peintre.overblog.net 

Il y a plus de cent ans de l’Ubaye émigrèrent
De pauvres colporteurs qui fuyaient leur montagne.
Ils passèrent la mer et ils se retrouvèrent
Dans un pays étrange où, à force d’épargne,
Ils firent leur fortune et celle de leurs frères.

Délaissant quelquefois les étouffants Tropiques,
Devenus des nababs ils se faisaient construire
De superbes villas comme en leur beau Mexique.
Et narguant les couards qui n’osaient point partir,
Ils s’en moquaient un peu, ouvraient une boutique,

Et puis ils repartaient pour vendre leurs tissus,
Revenaient, s’installaient et s’en allaient encore.
Mais un jour la vallée souffrant de ces abus
Fit cligner le torrent de ses paillettes d’or
Pour qu’enfin enchantés ils ne la quittent plus.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales, La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Les Barcelonnettes

  1. Houllier dit :

    Bonjour Vette.

    Je vois que ce blog s’enrichi de fichiers audio, j’irai écouter : Pour l’instant, je me demande si je reconnaitrai votre voix, l’ayant déjà entendu. Je passe vite ce midi car je vous avais dit le 4 et nous sommes déjà le 6 :((

    Le visuel choisi est donc une vignette détail de  » L’Expédition  ». Toujours flatté. En plus c’est vrai qu’elle correspond bien au thème. Je file intégrer le lien sur l’article correspondant.

    Merci de votre mèl!

    Alexandre.

  2. Vette dit :

    Merci pour le lien… et merci pour mes poèmes !
    Vette

Laisser un commentaire