Le tramway

 Poème illustré par :

Vincent Honnoré
http://honnore.peintre.free.fr

Dis, mon beau tramway tout faraud,
Sais-tu qu’autrefois ton grand-père
Etait tiré par des chevaux,
Comme un coche par des chimères ?

Les rues empestaient le crottin,
Or brun en boules herbacées
Que des gens au petit matin
En catimini ramassaient

Pour faire pousser leurs légumes.
Et devant le presque-carrosse
Couinant comme cornes de brume
Courait une nuée de gosses

Qu’ici l’on nomme des minots.
Et puis vint l’électricité.
Ding-ding-ding-dinguant tel un dingo
Ton père allait comme un cinglé

De Noailles jusqu’aux Camoins.
Toi, tu n’es pas encor bien vieux
Mais tu mènes très bien ton train
Comme le firent tes aïeux.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire