Le surdoué

C’est un matin de mars, un mois ensoleillé
Comme on n’en vit jamais. Soudain de l’horizon
A jailli un oiseau, minuscule pinson
Qui s’est mis à chanter et à s’égosiller

Comme s’il désirait stimuler la saison,
Pour qu’ell(e) puisse jouir des mille vocalises
Roucoulant tout au fond de la gorge cerise
Du chanteur maintenant niché dans un buisson.

C’est le soleil naissant qui a ainsi paré
Ses plumes orangées d’une lumière rouge
Vibrant avec son chant… Soudain, plus rien ne bouge
Et le jardin se tait, totalement charmé

Par le petit héraut du printemps revenu.
Mais il n’est qu’un pinson appelant une belle.
On ne lui répond pas! Une autre ritournelle
L’aurait-elle emporté sur ce nouveau venu

Ou est-on apeuré par tant de perfection ?
Les trilles de l’oiseau semblent surnaturelles.
Oh, cette pureté si peu habituelle,
Ces trilles inouïes, ce feu, cette passion !

Comment est-ce possible ? Est-ce un oiseau normal ?
Une oiselle d’ici pourrait trouver étrange
De partager le nid insoupçonné d’un ange
Et se retrouver seule en un monde anormal !

Le chanteur trop doué a donc dû repartir
Là-bas, vers l’horizon aux formes imprécises,
Remportant son désir et son plastron cerise.
Et nul n’a jamais su d’où il pouvait venir.

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.