Le Printemps débordé

La Primavera de Botticelli ( extrait)

Le Printemps balbutie, et il a bien du mal
A rire et à chanter comme à son habitude,
A effleurer ces corps qu’il aleste et dénude
Au tout début d’avril. Tout paraît anormal

Et si triste ! Il fait froid et un terrible vent
S’époumonne en hurlant, tout écumant de rage
Et de folie furieuse. Et la mer qu’il outrage
Se contorsionne trop , trop fort et trop souvent.

Cette année, tout est trop ! Le Printemps n’en peut plus,
Ne reconnaît plus rien. Est-ce que la Nature
En a assez de tout ? Et cette démesure
Est-elle le signal que les Temps sont venus,

Que la Terre a fini son cours dans l’Univers ?
Le Printemps s’ingénie malgré tout à déclore
Les bourgeons chiffonnés. Gentiment il décore
Mon jardin vraiment terne en le peignant en vert.

Il s’acharne à bosser et ne veut pas déchoir
En perdant la bataille. Elle est trop importante !
Il stimule la terre et elle est très contente
D’être ainsi titillée du matin jusqu’au soir

Dès que filtre un rayon offert par le soleil.
Ne lâche rien, Printemps ! Nous sommes à genoux,
L’on a besoin de toi pour demeurer debout.
N’es-tu point plus que tout l’image du réveil ?

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Méditerranée, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.