Le laveur de ciel

 

Poème illustré par un tableau de :

Robert Esnay
www.robert-esnay.com 

Le mistral est fils de l’orage,
Mais quand ce dernier nous l’envoie,
Il ne comprend pas qu’il nettoie
Le ciel brumeux de ses nuages.

Car le vent est laveur de ciel.
Il y déteste ce qui est
Tout grisailleux et pommelé,
Tacheté de gris et de miel.

Il lui faut un bleu uniforme,
Presque cobalt et impeccable,
Marine clair, incontestable :
Un ciel qui soit vraiment aux normes

De ce qu’on veut dans ce pays.
Un ciel cristallin et sans taches
Où chaque chose se détache
Cernée de lignes réchampies.

Alors il souffle à la folie
Jusqu’à ce que soit nettoyée
La moindre trace de nuée
Dévalorisant le Midi.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire