Le cours Mirabeau (2)

 Poème illustré par :

Marcaillou
www.marcaillou.over-blog.com

Le soleil claironnant commence à décliner :
Les platanes du Cours* forment comme un tunnel
Où l’énorme lumière criquetant d’étincelles
Devient un peu moins drue, plus douce à supporter

Sur ce Cours ombragé que l’on va remonter,
Redescendre et monter , et puis monter encor
Devant les grands Cafés et sur la rive Nord.
Quand on se lassera, l’on ira y bader

Pour mieux en contempler l’élégant va-et-vient
Des Aixois en balade. On pourra savourer
Le chuchotis feuillu des fontaines dorées
Par les derniers rayons d’un soleil saharien …

Quand tout en haut du Cours, giclant d’un porche blanc
Près du passage Agard, un tout petit minot
Vêtu d’un sarrau noir et poussant son cerceau
Jaillira du Passé : Cézanne en ses six ans.

*Poème offert à la ville d’Aix

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire