Le cours Mirabeau (2)

 Poème illustré par :

Marcaillou
www.marcaillou.over-blog.com

Le soleil claironnant commence à décliner :
Les platanes du Cours* forment comme un tunnel
Où l’énorme lumière criquetant d’étincelles
Devient un peu moins drue, plus douce à supporter

Sur ce Cours ombragé que l’on va remonter,
Redescendre et monter , et puis monter encor
Devant les grands Cafés et sur la rive Nord.
Quand on se lassera, l’on ira y bader

Pour mieux en contempler l’élégant va-et-vient
Des Aixois en balade. On pourra savourer
Le chuchotis feuillu des fontaines dorées
Par les derniers rayons d’un soleil saharien …

Quand tout en haut du Cours, giclant d’un porche blanc
Près du passage Agard, un tout petit minot
Vêtu d’un sarrau noir et poussant son cerceau
Jaillira du Passé : Cézanne en ses six ans.

*Poème offert à la ville d’Aix

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.