L’automne moribond

P.Giroud

Poème illustré par un tableau de :

Pascal Giroud
http://www.pgiroud.fr

En douter aujourd’hui n’est vraiment plus de mise :
L’automne est moribond ! Ces longues journées grises
Sont bien des jours d’hiver ! Et même si les arbres
Sont encor bien feuillus, ils semblent faits de marbre

Tant leur rigidité est exempte de vie.
Le ciel est grisouilleux et le jardin tout gris.
Où sont donc les oiseaux ? Pourquoi donc ce silence
De la fin de l’automne est-il l’équivalence

D’une lumière terne et de jours bien trop courts ?
L’air humide et visqueux est quelquefois si lourd
Qu’on en arrive même à rêver au mistral
Pour qu’il vienne laver ce ciel bas hivernal.

Le soleil brun-kaki avec des reflets jaunes
Ne met plus en valeur les couleurs de l’automne
Tant il est anémié. Et l’hiver aux aguets
Se délecte déjà d’avoir presque gagné.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire