L’Arlésienne

 

Poème illustré par un tableau de :

Eliane Conty

 Elle chemine au pas, hiératique et altière,
Icône de bois brun sur son haut cheval blanc.
Ses yeux noirs ont l’éclat acéré du diamant.
Insondables, profonds, ils boivent la lumière.

Sa nuque est fine et douce sous la ligne arrondie
Du haut chignon luisant cerclé de velours noir.
Si son teint transparent a des reflets d’ivoire,
Sa bouche très renflée ressemble à un beau fruit.

Cavalière accomplie, elle trotte devant
Une cohorte d’or, de pourpre et de misère
Qui sent fort le crottin, la mort et la poussière.
Dans son sillage coule l’odeur fade du sang.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire