L’abbaye de Silvacane

 

C’est une Cistercienne aux murs blonds, très austère
Et très grave et très sage au bord de la Durance,
Vibrant encor parfois des anciennes prières
Jaillissant de son choeur comme un cantique immense.

Elle est calme, elle dort tout comme ses deux soeurs :
Sénanque et Thoronet au coeur de la Provence.
Plus personne n’y vient pour épancher son coeur,
Plus besoin ici-bas d’ordre ou de repentance !

Mais parfois en été elle s’anime un peu :
Elle semble renaître et des chants religieux
S’envolent vers le ciel pour enchanter les anges.

Et sous l’ocre fûtaie de ses voûtes gothiques
Montent en ondoyant les volutes étranges
D’une extraordinaire et divine musique.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire