La souillarde

Poème illustré par un tableau de :

Albar
www.albar.skyrock.com

Des pots en terre vernissée,
Des panières de jonc tressé,
Des sacs de chanvre et de papier
Et des cendres pour le verger.

Des fruits frais et des fruits qui sèchent,
Des lampes dénuées de mèche,
Un grand bahut aux flancs sculptés
Et quelques chaises défoncées.

Un sac de noix, la huche à pain
Et une boule de levain
Sur un vieux tian tout ébréché
Auprès d’un fauteuil dépaillé :

C’est la souillarde provençale,
Cachée, tristounette, un peu sale,
Un vrai fouillis indispensable
Entre la cuisine et l’étable.

On y sent des odeurs de pin,
De pommes, de moisi, de thym,
De bouillabaisse et d’aïoli,
Toutes les senteurs du Midi.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire