La rue rouge

Poème illustré par un tableau de :

Alexandre Houllier 
www.galerie-houllier.be 

C’est une rue étroite un petit peu pentue
Où toutes les maisons sont repeintes de rouge.
Tous les volets sont bleus, et comme rien n’y bouge,
Elle est vraiment étrange et l’on s’y sent perdu.

Quelquefois éveillée par les ailes du vent,
La rue rouge est déserte, aucun chaland n’y passe.
Le calme y est total. Jamais rien n’outrepasse
Son immobilité au silence pesant.

Engourdie et prostrée, elle est vide de vie.
Il y pleut rarement, sauf des rais de soleil
Qui la font rutiler sous le ciel de Marseille
Où rares sont les rues qui se meurent d’ennui.

Creusée en son mitan une rigole beige
Glougloute rarement d’un peu d’eau irisée.
Mais un événement vient de tout chambouler :
La semaine dernière est tombée de la neige !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire