La nacelle

 

En balade sur le ruisseau
Vogue une feuille desséchée
Par les ravages de l’été.
Elle dérive au fil de l’eau,

Légère nacelle fragile
Aux bords encor ourlés de vert,
Et quand le courant accélère,
Elle s’adapte et elle file.

Puis il devient torrentueux,
Endiablé, violent et brutal
Et la feuille résiste mal
A ses coups irrespectueux.

Mais il se calme, et son courroux
Se brise sur de grand rochers.
La feuille est peut-être sauvée ?
Voici la mer et ses remous.

 

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire