La grand’peur d’un Ancien

Je t’aime, ma maison, mais j’en ai vraiment marre
Qu’il n’y ait que ton toit qui me protège bien :
Etre enfermé ainsi à cause d’un vaurien,
Ce virus insensé et rusé qui a barre

Sur tous les êtres humains séjournant sur la Terre,
C’est vraiment effarant ! Chez toi, je ne crains rien,
Mais j’ai la sensation qu’il n’y a plus de lien
Qui m’attache à la vie. Quel est donc ce mystère

Qui fait soudain de moi quelqu’un qui veut sortir
Avec obstination, alors que d’habitude
J’adore ton confort, et que la solitude
Ne me dérange pas ? La grand’peur de mourir

Etreignant les Humains, surtout en leur vieillesse ?
Alors je reste ici, confiné en ton sein
Si tendre et si douillet. Et vraiment à dessein
Pour que ce Corona avec moulte allégresse

Ne se jette sur moi ! Mieux vaut rester planqué…
Je t’aime, ma maison, mais j’en ai vraiment marre
De cet internement ! Le joyeux tintamarre
De la ville d’avant commence à me manquer.

Oh, pouvoir ressortir sans ce truc sur le nez…
Est-ce donc pour cela qu’un beau jour je suis né ?

 

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à La grand’peur d’un Ancien

  1. Evelyne Roux dit :

    Exactement mon sentiment en ce moment, et pourtant Dieu sait que j’aime ma maison.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.