Impuissance

Elle est folle de rage – chaque jour un peu plus –
D’autant plus que chacun l’accuse de méfaits
Qu’elle ne briguait pas. Car tout ce qu’elle fait
Est dû à la Nature sans qu’elle l’ait voulu.

Oh, qu’elle est en colère ! et si exaspérée
De devoir transporter autant de pauvres hères !
Mais nul ne veut l’entendre. Que pourrait-elle faire
Pour les dissuader ? Cette terre espérée,

Comment leur faire voir qu’elle n’est qu’illusion
Et qu’il ne faut pas croire en un vrai paradis,
En une vie rêvée, là-bas, vers le Midi ?
Elle va les mener vers la désillusion,

Peut-être vers la mort sans être responsable.
Car comment s’empêcher d’exploser en tempête
Quand le vent la rudoie ? Et d’exhausser la crête
De ses flots déchaînés totalement instables

Pour les coques de noix qui osent la braver ?
La mer est faite ainsi, la Nature le veut.
Mais être un cimetière ? Oh non, elle ne peut
Se résoudre au brocard d’élément dépravé…

La Méditerranée est devenue morose,
Elle, la jolie mer tellement attirante
Il y a peu encor. Devenue si méchante
Pour ceux qu’elle retient ou pour tous ceux qui osent

En perdant la raison oublier le danger.
Car elle le sait bien : elle peut les tuer
Accidentellement, contre sa volonté.
Dame Nature est là, qui n’y veut rien changer…

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.