Forêt d’hiver

Poème illustré par un tableau de :

Rodrigue Daigle
http://www.rodriguedaigle.com

On n’y croyait plus trop, mais la neige est tombée
Cette nuit de Noël, comme le vol feutré
D’un grand oiseau tout blanc pour nous presqu’inconnu,
Que depuis des années nous n’espérions plus.

Au coeur de la forêt des branches sont cassées
Car le bois est trop sec pour pouvoir supporter
Ce manteau trop épais. Le ciel est bleu marine,
Les pins sont ouatés d’une résille platine,

Et la neige encor vierge assourdit tous les bruits.
La lumière qui mange et étouffe la nuit
Monte de l’horizon et pleut en rais d’argent

Sur les branches chenues. Des bribes de l’automne
Sont restées accrochées – du roux sur tout ce blanc !
Déposant sur le sol des ombres un peu jaunes.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire