Dressée comme une main…

Notre_dame_de_la_garde_01

 

 

 

 

Dressée comme une main sur le ciel de Marseille,
Notre-Dame le garde. Un grand binôme d’or :
Une mère, un enfant tout marmouset encor ;
Un immense duo dont chacun s’émerveille

Jusqu’aux confins du monde. Une mère, un enfant
Qui a changé l’Histoire, encor si dérisoire
Avec ses petits pieds et sa grâce illusoire
De tout petit bébé ! Un destin, un Instant

D’un peu plus de trente ans… Posée sur le ciel bleu
Où flottent des gabians, la glorieuse statue
Domine avec son fils la cité ambiguë
Où le mal et le bien vont et viennent par deux.

Que serait donc la ville étendue à ses pieds
Sans ce couple insolite : un enfant et sa mère ?
Incroyable duo irradiant la lumière
Et souvent hachurée de rais ensoleillés,

La grand’statue dorée a donné à Marseille
Son air original et si particulier ;
Et l’on voit de très loin ce couple singulier :
Une mère, un enfant dont chacun s’émerveille.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire