Crépuscule en montagne

 Poème illustré par :

Gilbert Thomas
www.gilbthomas.blogspot.com

Des rochers acérés comme des griffes grises
Egratignent le ciel où de grands oiseaux noirs
Planent avec lenteur, et le soleil cerise
A perdu ses rayons dans la douceur du soir.

Il est comme une boule énorme et rouge sombre,
Et les pics dénudés, ravinés, tailladés,
Se découpent à vif sur les nuages sombres
Encor ourlés de jour et d’un halo violet.

Le soleil disparaît, et un liseré d’or
Frange les flots d’un ru. La Bonette s’endort ;
Il n’en reste bientôt qu’une ligne bistrée

Se détachant encor sur l’horizon diffus.
Puis les pics aiguisés aux formes biscornues
Se fondent peu à peu dans la nuit bleu foncé.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire