Brouillard marin

Brouillard-dans-la-ville

Avalée par la brume, une ville uniforme,
Monotonement grise et tristement informe,
Lumière estompée ! Où donc est le soleil
Prodiguant à l’envi son éclat sans pareil

A ma ville si claire, à ma belle Marseille ?
La cité m’as-tu vue dont l’accent ensoleille
La voix badine et gaie qui prononce son nom
A depuis deux bons jours oublié son renom.

Son horizon gommé par une brume épaisse,
La Méditerranée semble tenir en laisse
Ses vagues amollies dont le crêt s’est brisé :
Son rythme permanent paraît ankylosé

Par le brouillard jauni qui s’est couché sur elle,
Transmettant à l’eau terne une teinte isabelle.
Marseille est étendue sur les bords d’un marais
Sans bords bien définis… La brume a dévoré

Les contours de la mer, les abords de la plage ;
La ville est effacée et n’est plus qu’un mirage
Sous les vestiges gris d’un soleil disparu
Qui vient d’être aboli par un temps incongru.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne, Marseille, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.