Archives de l’auteur : Vette de Fonclare

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.

Le chemin de l’hiver

Le chemin de l’hiver s’en va vers l’Inconnu
Sur ce pont incertain qu’est la grande vieillesse.
Passerelle tanguant en une ultime ivresse,
Il avance aux abords de ce qui est connu.

Il se perd quelquefois dans un vague brouillard
Floutant perfidement les contours d’une vie
Qui devient froide et nue. Où s’égare l’envie
De faire des projets ou d’aller au hasard…

Le chemin de l’hiver est maussade et glacé.
S’enfonçant lentement dans une épaisse brume,
Il est vide, assombri, mais parfois s’y allument
Des étoiles surgies du fin-fond du Passé,

Les légères lueurs d’une mémoire enfuie.
C’est un pont ébranlé qui chavire et qui tangue,
Passant péniblement au-dessus d’une gangue
Interdisant l’essor d’annales enfouies.

Y cheminent des vies peu à peu emportées
Vers un Ailleurs secret, derrière ce nuage
Diluant dans le flou la merveilleuse image
De rives éclairées par un durable été.

Publié dans Hiver, Questions ? | Laisser un commentaire

L’oiseau-majuscule

Un oiseau s’est posé là-haut sur la Chalanche.
Il a fait tant d’efforts qu’il se sent tout recru
D’une énorme fatigue. Il n’aurait jamais cru
Y parvenir un jour ! Mais dans l’aurore blanche

Il se sent sublimé, comme le roi d’un monde ;
Un monde désolé, un univers de pierre
Mais d’où, auréolé d’un halo de lumière,
Il peut tout dominer à des lieues à la ronde.

En bas, tout est petit, incertain, minuscule
Comme lui ce matin, quand il n’était qu’un rien,
Rien qu’un souffle emplumé, un minus aérien.
Il se sent désormais un oiseau-majuscule

Perché sur un piton. Tout enflé de gloriole,
Il surplombe le monde en s’en croyant le roi…
Pauvre petit oiseau ! Quel serait son effroi
S’il savait qu’il n’est rien qu’une pauvre bestiole

Qu’un aigle vient de voir du côté de l’adret :
Une bouchée dodue ! Sauve-toi, tout-petit ;
Soustrais-toi sur le champ au sauvage appétit
De l’énorme rapace aux griffes acérées !

Regarde vers le ciel, lève un plus peu la tête.
Tu peux avoir le temps de vite t’envoler
Vers ce creux, là, tout près, pour y dégringoler ;
Ne point être avalé par la funeste bête…

Je n’en dirai pas plus : selon votre nature
– Un pessimisme noir, un optimisme né –
Vous pouvez le sauver ou bien le condamner !
Imaginez tout seul la fin de l’aventure…

Publié dans La Haute Provence, Zooland | Laisser un commentaire

J’aime bien…

Poème illustré par un tableau de :

Eric Bruni

J’aime bien quand le vent sort sa palette rousse
Pour peindre le ciel bleu d’ambre, de cuivre et d’or ;
Quand la garrigue en feu se fait enfin plus douce,
Quand l’automne s’en vient, quand le soleil s’endort,

Oubliant peu à peu sa folie meurtrière
Après l’été brûlant, et quand enfin il pleut ;   ;
Quand les feuilles s’en vont au long de la rivière,
Frêles petits bateaux au fil du courant bleu ;

Et j’aime ouïr aussi le clapotis de l’eau ;
Quand on respire enfin, quand la brise est légère,
Quand un peu d’ocre blond couronne le bouleau
Qui végète au jardin en cherchant la lumière

Lui faisant oublier combien il est malade.
J’aime bien quand le temps se fait plus harmonieux,
Arrachant aux oiseaux une dernière aubade.
Et même si le jour est plus parcimonieux,

J’aime bien ces ultimes soirées au jardin.
Les derniers jours d’été, les premiers de l’automne
Où les roses fanées dans leur vertugadin,
Renonçant à la vie, peu à peu s’abandonnent…

Publié dans A la maison, Automne | Laisser un commentaire

L’école de la patience

J’ai envie de botter le train
A mes roses pour qu’elles poussent ;
Et bien qu’elles me disent : « Pouce !
On ne dépend pas des Humains »,

J’apprécierais qu’elles se pressent
En mettant plus fort le turbot.
Mais ce ne sont pas des robots
Actionnés à toute vitesse !

Non ! Elles prennent tout leur temps,
Pour parachever l’excellence
De leur beauté, dans le silence,
Tout comme leurs aînées d’antan.

Elles se déploient avec grâce
En croissant à tout petits coups,
Sans qu’on le remarque beaucoup,
Sans se soucier du temps qui passe…

C’est moi qui ai tort, je le sais !
Oh, elles sont tellement belles
Quand elles me disent, rebelles
A mon avis d’Humain pressé,

Que je dois me montrer patiente !
Roses, fleurissez lentement
Pour nous qui sommes les amants
De votre harmonie stupéfiante.

Publié dans A la maison, Printemps, Questions ? | Laisser un commentaire

Il y eut un été…

Oh, laissez-moi dormir ! C’est si bon, c’est si doux
D’être ainsi englouti au plus profond d’un rêve
Semblable à un Eden perpétué sans trêve…
C’est le monde réel qui est cruel et fou !

Il me faut effacer cet incroyable été,
Cet amour passager, car c’était sur du sable
Qu’il était imprimé. Amour aussi friable
Qu’un coquillage mort, terne et inhabité !

J’y ai cru fermement quand on s’est rencontrés
Au tout petit matin sur la plage encor vide.
Il faisait presque froid, le ciel était livide,
Et il marchait tout seul, avec pour seul attrait

De très longs cheveux roux noués en catogan…
Et pourtant aussitôt je fus comme envoûtée.
Il n’y a qu’en dormant que je peux oublier
Ma trop grande candeur face au charme arrogant

Et au cynisme froid de cet homme inconnu.
J’y ai cru tout à fait et fus bien trop naïve,
Seule depuis deux ans et l’âme à la dérive ;
Ma grande solitude et mon cœur mis à nu

N’ont pas su résister à ce plagiat d’amour…
Nous fûmes très heureux, fîmes souvent la fête.
Des rires plein la tête et le cœur en goguette,
Je croyais que l’été allait durer toujours…

Un jour il s’est enfui sans me dire au revoir.
Oh, laissez-moi dormir au creux de mes nuages,
Ces longs jours et ces nuits ne furent que mirage…
L’été s’en est allé et le ciel est tout noir.

Publié dans Amours, Le début de l'été, Le soleil-lion, Méditerranée | Laisser un commentaire

La prolifération

Sur le talus, quatre fleurettes,
Peut-être pressées par le temps,
Sont nées sans tambour ni trompettes,
Sans même l’avis du Printemps.

Elles se sont disséminées
Partout jusqu’au fond du jardin,
Et de quatre elles sont passées
En une nuit à cinq, dix, vingt…

Puis ce fut une débandade :
Couvrant la garrigue et les champs,
Elles chantaient partout l’aubade
Folle et exaltée du printemps.

Du pollen, partout, des corolles
Peintes de milliers de couleurs,
Des pistils et des formes folles,
Et partout l’ineffable odeur

Du doux printemps baratineur,
Du temps nouveau qui vocifère.
Ca sentait l’humus, et la Terre
Semblait délirer de bonheur.

Publié dans Chez nous, La Provence au coeur, Printemps | Laisser un commentaire

Un jeune homme est entré…

Le jeune homme est entré dans la vieille maison
Où des gens l’attendaient, le cœur plein d’espérance,
Et prêts à lui confier – avec foi ou défiance ?
Ses clés détériorées bien plus que de raison.

Un jeune homme tout neuf, mais une très vieille âme
Comme on le dit là-bas, aux pays du Bouddah.
Réfléchi, judicieux, raisonnable au-delà
De ce qu’on attendrait d’un jeune âge qu’on clame

Volontiers un peu neuf pour de telles fonctions.
On lui avait bien dit qu’il fallait du courage
Pour ainsi s’attaquer à cette belle ouvrage !
Mais il avait montré tant de résolution

Depuis quelques dix mois qu’on lui faisait confiance !
Les murs étaient croulants, le toit menaçait ruines,
Bien que quelques pantins sentencieux aient fait mine
De la rapetasser de toutes les façons

Depuis plus de trente ans. Mais il était confiant,
Il y arriverait ! Avec de l’énergie,
Du culot et du cœur, sans idéologie…
C’était un jeune lion, un jeune homme impatient

De retrousser ses manches et prendre une truelle
Pour tout moderniser dans la vieille maison ;
Pour nous embaucher tous, afin qu’à l’unisson
Nous nous décarcassions pour la rendre plus belle…

Publié dans Chez nous, Printemps, Questions ? | 2 commentaires

Un été si lointain

Poème illustré par un tableau de :

Eric Bruni

Il y a, paraît-il, une jolie saison
Où badent en riant des filles court vêtues
Que des cacous bronzés et dragueurs s’évertuent
A draguer, tels des chats qui ont perdu raison.

Il y a, paraît-il, un temps nommé l’Eté,
Où le soleil furieux suffoque de lumière,
Un soleil si brûlant qu’il dessèche la terre
Au point qu’elle se fend sous ses rais excités.

Il y a, paraît-il, un mois nommé Juillet
Avec de très longs jours fleurant bon la lavande ;
Un mois resplendissant où les filles se rendent
A la plage en flânant et dès potron-minet.

Il y a paraît-il, un mois appelé Août
Où l’on a quelquefois l’impression de boire
Un feu jailli d’ailleurs, où la lumière noire
Vous grille à petit feu et et vous met knock-out.

Il y a, paraît-il… Mais pourquoi donc mentir ?
Ce temps n’existe plus ; ce n’est guère qu’un conte,
Un récit merveilleux, des bobards que racontent
Des vieillards tout chenus, et dont les souvenirs

S’effilochent au fur, à mesure du temps !
Y eut-il des saisons avant le grand désastre
Qui ravagea la Terre ? Et avant qu’un autre astre
Ne détruise à jamais les chauds étés d’antan ?

Il y eut, paraît-il, une chaude saison
Où les filles badaient, à moitié dévêtues,
Dévalant en riant les ruelles pentues…
Où le Temps jouissait de toute sa raison !

Publié dans Le début de l'été, Le soleil-lion | Laisser un commentaire

Fin d’été en montagne

Il y a sur l’Estrop un étonnant nuage
Tout tarabiscoté. Le ciel est tourmenté,
Livide et orageux. C’est la fin de l’été.
Sur le lac obscurci s’est posé un mirage

Frémissant doucement, voile fantomatique
Qui dissimule l’eau sous un tulle irisé.
La montagne a rugi, et son ciel est brisé
Par de longs éclairs bleus aux zigzags fantastiques.

C’est la fin de l’été, un petit peu l’automne.
On vit en ce moment une étrange saison
Où le temps se comporte hors de toute raison.
Le ciel est presque blond. De la montagne jaune

Coule un torrent bourbeux hérissé de lumière
Et de feuilles ocrées balancées par le vent
Qui vient de se lever. Elles vont droit devant,
Frêles petits vaisseaux ; et ce sont les premières

A s’être détachées des arbres qui s’endorment.
L’automne est là, tout prêt à prendre son essor,
A sortir ses atours ornés de cuivre et d’or.
La nuée sur l’Estrop peu à peu se transforme,

Ressemblant maintenant à une fleur immense.
C’est la fin de l’été, l’automne est presque là,
Et, dès le soir venu, l’on a même un peu froid.
Le vent a disloqué le nuage qui danse…

Publié dans Automne, La Haute Provence | Laisser un commentaire

Contre-attaque

Poème illustré par un tableau de :

Yves Lallemand

L’on était tout content car c’en était fini
Des gelées, de la pluie, de toute cette crasse ;
J’avais même sorti mes pots sur la terrasse.
Une douce euphorie nous donnait le tournis…

Quand voilà, patatras ! Ce vieux crétin d’Hiver,
Contraint de déguerpir par Dame la Nature,
A fait front, résisté et tenté l’aventure :
Malgré le renouveau, les jardins déjà verts,

Il a fondu sur nous, et encore très costaud
Bien qu’il soit très âgé – quasiment un trimestre –
Il a contre-attaqué. Véritable homme-orchestre
Il a mobilisé tous ses seconds couteaux :

Le vent, le gel, la pluie, la neige et le brouillard,
Pour nous pourrir la vie… Mes fleurs ont triste mine
Et depuis quelques jours, elle se ratatinent
Pour échapper au froid. Un grand mistral braillard

Hurle sur la garrigue avec des cris de loup…
L’on était accablés, quand maîtresse  Nature
A soudain décidé que la grande imposture
Devait enfin cesser. Et que le vieux filou

Devait laisser la place au tout jeune Printemps.
Là, c’est définitif : il gît dans sa tanière,
Vaincu par le soleil et sa chaude lumière.
Car ainsi doit aller l’alternance du Temps…

Publié dans Contes, Hiver | Laisser un commentaire

Un honnête homme-2

C’était un gars très bien. On lui aurait donné,
Comme on le dit chez nous, l’bon Dieu sans confession.
Il ne mentait jamais, même par omission…
Un brave homme, vraiment, intègre, si ce n’est

Qu’il paraissait manquer de cran et d’assurance.
Mais il était honnête et semblait vraiment fait
Pour un destin public ; tous ses amis comptaient
Qu’il deviendrait bientôt… un bon maire en Provence*

L’homme avait des atouts. Il paraissait costaud,
Bien campé tous les jours au plus haut des sondages.
Admiré, adulé. L’on voyait son visage
Sur toutes les télés et dans tous les journaux…

Il prônait la vertu, était même un modèle
D’énergie, de courage et de ténacité.
L’on vantait sa morale et son honnêteté,
Tous les gens de son clan se juraient ses fidèles

Car il allait gagner, c’était sûr, c’était clair.
Il semblait maintenant avoir plus de hardiesse,
Entraînait avec lui moult coeurs tout en liesse…
Quand s’abattit sur lui un improbable éclair :

Un beau jour, patatras, ce fut la catastrophe !
Un journal dévoila qu’il n »était qu’un voleur,
Qu’il avait usurpé et morale et valeurs,
Que d’un honnête élu il n’avait pas l’étoffe.

Mais l’homme était pugnace. Il fit donc ressortir
Que ses malversations n’était point illicites
Et que l’Opposition jouirait par la suite
De sa répudiation. Mieux valait donc mentir !

On réfléchit… un peu ! Puis l’on conclut très vite
Que la moralité est un but essentiel
Pour la Démocratie ! Un tollé torrentiel
Renvoya donc chez lui le Roi des Hypocrites.

*Disons que j’ai « localisé » l’affaire !

Publié dans Chez nous, Les gens, Questions ? | Laisser un commentaire

La maison du bonheur

On l’appelle à Lançon : «  La maison du bonheur ».
Surplombant le village, elle est ensoleillée
A longueur de journée, et, à peine éveillée,
Papillote au soleil. Pour tous les promeneurs,

C’est vraiment merveilleux de voir sur la colline
Cette jolie bastide aux volets grand ouverts
Comme de larges yeux sur un jardin tout vert,
Où des cyprès pointus doucement dodelinent

Dès que bruisse le vent quand il souffle plus fort.
Son crépi est ocré, comme on l’aime en Provence.
Une affable maison, sans excès ni outrance,
Où l’on aimerait vivre et encor et encor…

Sur un vieux rocking-chair, il y a le grand-père
Qui marmonne sans cesse en prenant le soleil.
Il a le teint rougeaud et un gros nez vermeil
Car c’est un vieil ivrogne.Et la famille espère

Qu’il s’en ira bientôt… sans laisser son magot
A son fils préféré en lésant tous les autres !
La grand’mère confite en moultes patenôtres
Aime mieux son cadet, qui est un vrai nigaud !

La jolie maison bruit d’innombrables disputes.
Tout le monde se hait, même les deux vieux chiens…
Bagarres inouïes entre le vieux Lucien
Et sa bru dont il dit qu’elle est une vraie pute ;

Sans compter les enfants, trois horribles marmots…
La jolie maison ocre héberge un triste monde,
Mais cache son secret à des lieues à la ronde,
Soupirant sous son toit, ne disant jamais mot,

Car c’est vrai que les mas en Provence ont une âme !
La maison du bonheur ressent avec chagrin
La hideur et l’horreur de ce qu’elle contient ;
Et son ressentiment engendrera un drame

Quand un jour, excédée, elle s’écroulera
Sur ces piètres humains dont l’abjecte bassesse,
Les cris et les jurons la perturbent sans cesse.
Dans les infos du jour alors on parlera

D’un affreux accident dû à la vétusté…
La maison du bonheur n’est plus qu’un tas de ruines
Où poussent trèfle et thym, là-haut sur la colline.
Seuls les chiens survivants se sont carapatés…

Publié dans A la maison, Chez nous, Contes, Les gens | Laisser un commentaire

Cher Amour…

Ta peau caramélée a le goût d’un bonbon.
J’aime y passer la langue. Et sa saveur exquise,
Son odeur de soleil, son velouté me grisent
Presque instantanément ! Oh, c’est tellement bon

De sentir sous ma main tes formes toutes rondes !
Archétype parfait de la féminité,
Tu me fais délirer, et ta pure beauté
M’emportent à coup sûr en un tout autre monde.

J’aime tant caresser tes petits seins dressés,
Tes hanches arrondies comme une belle amphore…
Et ce lai où je chante à quel point je t’adore,
Je ne pensais jamais pouvoir te l’adresser.

J’aime bien déposer au creux de ton épaule
De délicats baisers, comme des papillons ;
En soudain ressentir une énorme émotion…
Oh, j’aime tant t’aimer, te rendre presque folle,

Caresser doucement l’arrondi de ton cou,
En goûter la tiédeur, celle d’un cou de cygne ;
Laisser gonfler en moi les indéniables signes
De ce désir violent qui monte à tous les coups…

Quand tu seras bien vieille, usée et cabossée
Par une longue vie, dis, t’aimerai-je encor ?
Pourrai-je dessiner les lignes de ton corps
De mes vieux doigts tremblants ? Mon âme est angoissée

A l’idée de te perdre et d’être trop lié
A ta simple beauté, à ton aspect physique.
Je veux que mon amour pour toi demeure unique..
Oh, Temps, n’efface point ces jours inoubliés !

Publié dans Amours | Laisser un commentaire

Le dôme bleu

Le ciel est comme un dôme, un dôme bleu qui pèse
Lourdement sur Marseille étouffé par l’été ;
Un ciel que les gabians, de leur vol ouaté,
Strient à grands coups d’aile. Un gros soleil obèse

Darde ses longs rayons sur le port accablé.
L’on a chaud, bien trop chaud. Des filles presque nues
Attendent patiemment la fraîcheur bienvenue
Qui devrait apaiser leur teint caramélé

En fin d’après-midi. Allongées sur la plage
Tout comme des statues, elles dorent en choeur
Sans souci pour leur peau. Et le soleil vainqueur,
Fignolant en sournois leur pernicieux bronzage,

Y sème patiemment des graines de cancer.
Mais juillet est brûlant ; et tout au bord de l’eau
Nul ne pourrait sentir à quel point il fait chaud.
Seul paraît bien vivant l’immuable concert

Des cigales crissant dans la cité éteinte.
Le ciel est comme un dôme, et son bleu outremer
Pèse massivement sur la Terre et la Mer
Imbriquées l’une en l’autre en une immense étreinte…

Publié dans Le début de l'été, Le soleil-lion, Marseille, Méditerranée, Questions ?, Zooland | Laisser un commentaire

L’hiver s’en est allé…

Poème illustré par un tableau de :
Yves Lallemand

L’hiver s’en est allé, emportant ses guenilles
De froidure et de vent dans l’hémisphère sud.
Mais il y a encor, là-haut sur les paluds,
Une couche de glace argentée qui craquille

Dès qu’on y met le pied… L’on va souffler un peu,
Ne plus craindre au matin cette maudite bise
Qui vous tombe dessus et qui vous brutalise
A gifles que veux-tu ! Un grand sauve-qui-peut

Fait déguerpir le gel et la neige et la glace
En un monde inconnu. Et le nouveau printemps,
Fraîchement émoulu de l’Ecole du Temps,
S’en vient à petits pas, mais avec tant de grâce

Qu’il pousse les oiseaux à sortir de leur nid.
L’hiver s’en est allé, emportant ses caprices
Tellement déplaisants : n’est-il donc que malice ?
Nous respirons enfin et c’en est bien fini

De ce grelottement des pieds jusqu’à la tête,
De ce recul tremblant, peureux, si nous passons
Le nez à l’extérieur ; et de ces grands frissons
Dès que nous regardons de près le thermomètre…

Le temps est guilleret et l’air doux à souhait,
Juste comme il le faut. L’euphorie printanière
Aiguillonne les gens, chacun à sa manière !
Moi, je t’aime encor plus, comme tu le voulais…

Publié dans Amours, Hiver | Laisser un commentaire