Archives de l’auteur : Vette de Fonclare

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.

Pourrais-je vivre ailleurs…

Pourrais-je vivre ailleurs ? Je ne le pense pas !
Il y a si longtemps que je vis en Provence :
La douceur de son ciel, le mistral, son outrance…
En ce futur fragile où ma vie pas à pas

S’en va se rabougrir, je resterai ici.
L’air y est délicieux ; nulle part la lumière
N’y est aussi dorée, ni si bleue, ni si claire.
Ce pays du soleil est ores mon pays…

Et pourtant j’ai passé mes premières années
En Lorraine où vivaient mes parents, les amis
De ma prime jeunesse. Un passé endormi
Depuis la nuit des temps… Mais je suis en apnée

Dès que je ne peux plus respirer cet air bleu,
Même s’il prête vie à l’énorme violence
Du mistral déchaîné quand il mène sa danse
Au-dessus du Midi. Qui en serait heureux ?

Mais ce n’est point assez pour lors en décamper !
Plus que les Provençaux, je suis dithyrambique…
Oyez donc, mes amis, oyez la vieille bique
Chantant de tout son coeur, avec un grand respect,

Son amour passionné et inconditionnel
Pour cette terre d’or, de lumière et de miel…

Publié dans La Provence au coeur, Questions ? | Laisser un commentaire

Jour d’orage

La montagne flamboie. Le temps est à l’orage,
Et sur les hauts sommets un voile de vapeur
Flotte tel un rideau. Serait-ce point la peur
Qui m’oppresse  si fort ? Il y a un mirage

Au-dessus de l’Ubaye, qui irise ses eaux
D’un halo de couleurs. Et cette onde si fraîche
Dévalant de là-haut dicte à ma bouche sèche
Un désir de sorbet… Plus aucun chant d’oiseaux :

L’orage est imminent, et c’est sûr qu’ils se cachent
Avant que ne fulgure un tout premier éclair.
Là-bas, vers Entrevaux, le ciel est encor clair,
Mais avec à l’Ouest une traînée qui tache

Son bleu couleur d’été d’un long dégueulis roux.
La montagne se tait et le ciel lourd suffoque ;
Tout semble pétrifié, quand les nues se disloquent
En fragments lumineux. Brusquement, d’un seul coup !

Le ciel déverse enfin un déluge de pluie,
Cette pluie le gonflant depuis début juillet.
L’on respire bien mieux, et de l’humus mouillé
Suinte une fade odeur. La chaleur s’est enfuie…

La montagne rutile et brille sous le soleil.
On la dirait repeinte à grands coups de pinceau
D’émeraude et d’or frais ruisselant à pleins seaux.
L’astre-roi redéploie son gros disque vermeil.

Publié dans La Haute Provence, Le début de l'été, Le soleil-lion | Laisser un commentaire

Langueur d’automne

Dodelinant tout doux, tout doux la balancelle
Tangue dans le jardin – jardin brun, jardin gris
Qu’une prime fraîcheur a brusquement surpris.
Un friselis de vent… Des feuilles s’amoncellent

Sur l’allée de gravier qu’on ne ratisse plus.
La balancelle va, s’en vient, revient encore,
Inlassablement mue par le vent. Et l’aurore
Nimbe d’un halo blanc le Cupidon joufflu

Qui s’ennuie dans un coin. Une feuille d’érable
S’est posée sur sa tête en lui cachant un œil :
Manque de courtoisie ! Plus loin, un écureuil
Se sachant à l’abri grignote sur la table

Les miettes moisies d’un très ancien repas.
L’été est terminé. Il n’y a plus personne.
Dans le jardin qui meurt, le silence résonne,
Et septembre en douceur transforme pas à pas

Sa quiétude tranquille en tristesse infinie.
La balancelle va, vient encor, et revient…
Posé sur la terrasse, un vase péruvien
Assourdit ses couleurs. La fête est bien finie…

Publié dans A la maison, Automne, Zooland | Laisser un commentaire

Va-t-on bientôt enfin…

Poème illustré par un tableau de :

Yves Lallemand

Va-t-on bientôt enfin éteindre le chauffage ?
Quitter ces gros manteaux, ces bonnets, ces lainages
Où l’on est engoncé des pieds jusques au cou ?
L’hiver n’est pas d’ici. L’on en souffre beaucoup,

Beaucoup plus que le Nord qui est habitué !
Chez nous, c’est un squatter ! Pour le destituer,
Nous devrions voter, afin que la Nature
Participe elle-même à sa déconfiture,

Effaçant pour toujours ce tyran irascible.
Mais ne nous leurrons pas, c’est un rêve impossible ;
Et malgré le futur changement du climat,
Il y aura toujours mauvais temps et frimas

Pour nous importuner et nous faire râler !
Mais l’on est presque au bout. L’hiver va s’en aller
Enquiquiner les gens là-bas vers l’Antarctique.
Le Temps continuera son mouvement cyclique

Pour nous faire oublier sa saison mortifère.
C’est ainsi que tout va. Il n’y a rien à faire !
Et très souvent le blanc fait contrepoids au noir
Pour que tout embarras se mâtine d’espoir…

Publié dans Hiver | Laisser un commentaire

Un honnête homme

 

Poème illustré par un dessin de :
Honoré Daumier ( 1808-1879)

C’était un gars gentil. On lui aurait donné
Comme on le dit chez nous, l’bon Dieu sans confession.
Il ne mentait jamais, même par omission…
Un brave homme, vraiment, intègre, si ce n’est

Qu’il paraissait manquer de cran et d’assurance.
Mais il était honnête et semblait vraiment fait
Pour un destin public ; tous ses amis comptaient
Qu’il deviendrait bientôt… un bon maire en Provence.

L’homme avait des atouts. Il paraissait costaud,
Bien campé tous les jours au plus haut des sondages.
Admiré, adulé. L’on voyait son visage
Sur toutes les télés et dans tous les journaux…

Il prônait la vertu, était même un modèle
D’énergie, de courage et de ténacité.
L’on vantait sa morale et son honnêteté,
Tous les gens de son clan se juraient ses fidèles

Car il allait gagner, c’était sûr, c’était clair.
Il semblait maintenant avoir plus de hardiesse,
Entraînait avec lui moult coeurs tout en liesse…
Quand s’abattit sur lui un improbable éclair :

Un beau  jour, patatras, ce fut la catastrophe !
Un journal dévoila qu’il n’était qu’un voleur,
Qu’il avait usurpé et morale et valeurs,
Et que d’un honnête homme il n’avait pas l’étoffe.

Mais il était pugnace. Il fit donc ressortir
Que ses malversations n’était point illicites
Et que l’Opposition jouirait par la suite
De sa répudiation. Mieux valait donc mentir !

On réfléchit… un peu ! Puis l’on conclut très vite
Que la moralité n’était pas l’essentiel
Au plus haut de l’Etat ! Juste digne du Ciel…
C’est ainsi qu’on élut le Roi des Hypocrites.

Publié dans Chez nous, Les gens, Questions ? | Laisser un commentaire

La Femme*

Reflection

Elle est frêle, elle est forte, et porte à bout de bras
Tout le poids de la Terre et de l’Humanité.
Bien plus faible que l’homme, elle doit supporter
La naissance et la mort et tous les aléas

De la vie alentour dont elle est le pivot,
Cette vie si risquée dont elle est le creuset
Et portée neuf longs mois pour être ciselée.
Elle est frêle, elle est forte et porte sur son dos

Tous le poids de ce monde et toutes ses souffrances,
Mais aussi l’avenir, la joie et l’espérance.
Elle occupe en volume une bien moindre place

Que son mâle absolu qui se croit son seigneur
Bien qu’il soit subjugué par son feu et sa grâce.
La femme est un titan : la force est en son coeur !

*Pour la Journée Internationale des Droits de la Femme

Publié dans Amours, Questions ? | 2 commentaires

Le vent d’hiver est fou…

Le vent d’hiver est fou, qui hurle à perdre haleine,
Qui s’échine à briser les grands arbres penchés.
Le vent d’hiver est fou, qui depuis deux semaines
Fait suffoquer le Sud à souffle déployé.

Le vent d’hiver est fou, qui casse les antennes,
Qui arrache le linge étendu à sécher.
Le vent d’hiver est fou, qui rudoie et malmène
Les portes des maisons de ses coups de bélier.

Les faisant tressauter tout comme les mouettes
Dodelinant sur l’eau mousseuse qu’il fouette,
Il secoue les pointus* amarrés au Vieux Port,

Les ballant en cadence. Et les petits bateaux,
Qu’on dirait remontés sur de joyeux ressorts,
Dansent tels des canards se dandinant sur l’eau.

*Petit bateau caractéristique de Marseille

Publié dans Automne, Chez nous, La Provence au coeur, Marseille, Méditerranée, Zooland | Laisser un commentaire

L’ogresse

Elle était ce jour-là d’une humeur effroyable.
Le mistral l’y aidait car, en la flagellant,
Il la déchiquetait en spumeux lambeaux blancs.
Elle avait ce jour-là l’appétit insatiable

D’une ogresse gloutonne et capable de tout.
Sautant jusqu’au zénith pour broyer les nuages,
Se jetant sur la côte où des Humains peu sages
L’admiraient de trop près, elle était telle un loup

Tout prêt à avaler les proies à sa portée.
Extravagante mer ! Charmés par sa fureur
Et sa folle violence, oubliant leur terreur,
Ils se sont rapprochés de la belle indomptée

Qui lors a généré du fin-fond de son sein
Un rouleau monstrueux, énorme et bondissant…
Il les a tous happés sur le rocher glissant
Pour les lui apporter, comme un vil assassin

Procure son butin à son commanditaire.
Et comme d’habitude, elle a gardé leurs corps
Au fond d’un grand trou noir, parmi les autres morts
Arrachés tout comme eux à leur mère, la Terre…

Puis elle a retrouvé son aspect séduisant
Et presque inoffensif. Méditerranée douce
Au tendre clapotis, dont l’eau claire éclabousse
Sur les plages dorées de tout petits enfants…

Publié dans Méditerranée | Laisser un commentaire

Complainte

Je m’en vais vous conter un bien triste destin,
Mais je vous en préviens  : ma tragique complainte
Est un vrai requiem, tout sanglots, toutes plaintes,
A vous faire pleurer dès le petit matin…

C’était l’été dernier ; je m’en souviens fort bien.
Le ciel était très bleu – de bien mauvais augure ?
Mais après tout un tas de sombres aventures
Dues à des coups de vent, vécues non loin d’Amiens,

J’étais fort satisfait de venir en Provence.
Pas un nuage au ciel, un azur vraiment bleu !
Oubliées les nuées se suivant queue leu leu
Que j’avais supportées dans le nord de la France !

J’étais un compagnon pour ma propriétaire
Dont je sauvegardais les beaux cheveux bouclés
Et les fards parfaisant un joli teint de lait.
Je la suivais partout, témoin prioritaire

De la moindre sortie, de toute promenade.
Toujours en exercice. Un bosseur, je vous dis !
Je l’aidais tous les jours, mais pas le mercredi :
Elle était professeur. Un jour pour moi maussade…

Et puis on est venus s’établir à Marseille.
Au début, c’était cool : il n’y pleuvait jamais !
Je restais dans ma housse. Enfin de vrais congés,
Des vacances super. Délices et merveilles…

A Marseille, Elodie se passait bien de moi
Et j’étais enchanté de n’avoir rien à faire !
Je ne détectais point l’ambiance mortifère
Qui pourtant aurait dû provoquer mon émoi

Quand un jour je compris que je n’existais plus…
Ma toile chiffonnée n’était plus dépliée,
Mes ressorts étaient mous, mes baleines rouillées.
Depuis notre arrivée, il n’avait jamais plu !

Je croyais que le sort m’avait vraiment souri
Et je ne rêve plus que d’un climat pourri !

Publié dans Contes, Le début de l'été, Le soleil-lion, Marseille | Laisser un commentaire

Redoux

Entends-tu sous le toit la charpente qui craque ?
Le chalet comme un chat qui s’étire au réveil
Fait grincer sa carcasse au tout premier soleil,
Etirant ses cloisons de très vieille baraque,

Bâtie tout de guingois, dans la prime chaleur.
Du fond de la vallée une brume irisée
S’élève lentement, et la ligne brisée
De la montagne bleue se moire de couleurs.

Entends-tu ce roucou dans le fond du jardin ?
C’est la première fois qu’un chant de tourterelle
Annonce le printemps. Pour trouver une belle
Ou fêter le beau temps qui s’immisce soudain

Au cœur de la montagne après un rude hiver ?
La neige fond tout doux. De l’eau glacée ruisselle
Sur la façade en bois que de gaies étincelles
Eclaboussent de roux. Quelques touches de vert

Commencent à pointer au creux des jardinières,
Et des colchiques bleus pointillent les versants
Où le premier soleil s’éclate en déversant
A clarté que veux-tu de longs rais de lumière.

La montagne revit. Un oiseau cabriole
Tout en haut d’un mélèze encor un peu pouilleux
Sans son feuillage vert. Un zéphyr délicieux
Fait onduler l’Ubaye au souffle de sa viole.

Publié dans A la maison, La Haute Provence, Printemps, Zooland | Laisser un commentaire

Un drôle d’animal*

Au zoo de La Barben est arrivé hier
Un animal bizarre à la bouille marrante :
Un nez en caoutchouc, de gros yeux amarante,
Tout au moins roux foncé dans le soleil d’hiver ;

Et trois griffes aiguës au bout de chaque patte,
Ressemblant tout à fait aux serres d’un oiseau.
Très vite devenu la vedette du Zoo,
Ce drôle d’animal depuis lors nous épate

Par sa lenteur extrême et son flegme étonnant.
Toujours la tête en bas, il pendouille d’un arbre,
Tellement pétrifié qu’on le dirait de marbre,
Mais du marbre en peluche. Un bestiau détonnant

Parmi ses compagnons beaucoup plus vraisemblables.
Son pelage est verdâtre – ainsi le voit-on moins
Dans sa forêt d’ailleurs ! Il va au petit coin
Tous les sept ou huit jours. C’est inimaginable,

Mais faut voir ce qu’il mange : un amas filandreux
De feuilles en béton ! Enfin… tout aussi dures !
« Paresseux » est son nom. Pendu à sa ramure,
Son inactivité semble le rendre heureux…

L’on devrait le copier et rester immobile.
Non pas la tête en bas,  mais au creux de son lit.
Se détacher de tout. Aller jusqu’à l’oubli
Total et délicieux au cœur de la grand’ville.

Faire le paresseux et ne penser à rien.
Ne plus bouger du tout, captif de sa paresse.
Ne plus rien ressentir, ni plaisir, ni tristesse.
Être seul, apathique, égoïste. Etre bien…*

*Appelé aussi : un « aï « 

Publié dans Zooland | Laisser un commentaire

L’appel du Sud

Poème illustré par un tableau de :
Eric Bruni

La voix de certains de mes amis, là-haut …

Quatre ou cinq mois encore, et l’on va redescendre
Comme tous les étés, en quête d’un soleil
Bien trop rare chez nous. Tous les ans, c’est pareil !
Et tout émoustillés, n’en pouvant plus d’attendre

L’époque des congés, l’on projette déjà
De faire les lézards allongés sur le sable,
De barboter tout doux dans une mer aimable
Sans aucune marée. Quand on sera là-bas,

L’on oubliera le froid, et le gris, et la pluie…
La lumière aimant mieux le Sud et la Provence
Revitalisera nos corps tout en souffrance.
Car qui préférerait un ciel couleur de suie

Comme celui qu’on voit trop souvent par chez nous ?
Soit béni chaque année ce Midi de la France
Nous accueillant chez lui ! Et malgré cette outrance
Du soleil et du vent bien souvent au mois d’août,

Nous revenons toujours y passer nos vacances.
Les cigales sont là, dans les pins embaumés
Par la résine chaude, et qui n’oublient jamais
De louer sans arrêt et avec éloquence

Le bleu constant du ciel, la chaleur, la lumière
Du pays de Mistral, de Pagnol, de Giono.
Où le soleil brasille et ruisselle a giorno
Presque à longueur de temps et en avant-première.

 

Publié dans La Provence au coeur, Le début de l'été, Le soleil-lion | Laisser un commentaire

Les complices

Poème illustré par un tableau de :

Michel Le Dret
mledret.free.fr/

Fouettée par le mistral, la Méditerranée
Monte à l’assaut du ciel dont le bleu indigo
Tout bigarré d’éclairs se mélange à ses eaux.
C ‘est le tohu-bohu de forces déchaînées

Agissant de concert pour convulser le monde ;
Trois monstres forcenés unis par l’ouragan,
En quête d’une proie, tout comme trois brigands
Chercheraient une prise apeurée à la ronde.

Du bout de l’horizon déchiré par les vagues
Arrive justement un tout petit bateau
Luttant contre les flots ; ça va faire bientôt
Trois heures qu’il bondit, cabriole et divague

Sur la mer ennemie qui voudrait le détruire.
Il a l’air d’un jouet, le bateau d’un minot
Jouant dans sa baignoire à être matelot.
Mais les trois éléments qui cherchent à lui nuire

Ne sont pas des enfants : ils veulent un désastre
Et la mort est en eux… Le petit bateau bleu
Est bien près de sa fin, il tangue, et d’ici peu
Il n’y aura plus rien sous la lueur des astres

Que les débris piteux d’une pauvre existence…
Le vent, le ciel et l’eau ont eu ce qu’ils voulaient :
Un dernier craquement, le bateau a coulé.
La mer va digérer sa bien maigre pitance.

Publié dans Méditerranée | Laisser un commentaire

Un coup de vent d’automne…

Un coup de vent d’automne a emporté son cœur
Au-delà de la mer, au-delà de Marseille.
Coup de tabac dément, bourrasque sans pareille
Venue d’on ne sait où pour répandre la peur !

Il l’avait rencontrée depuis trois jours à peine
Quand ce mistral cinglé a soudain déboulé.
Elle s’est affolée : il fallait s’en aller
Pour fuir cette région à la louche dégaine,

Où le vent tempêtait tout comme un ouragan.
Elle y était venue en pleine confiance,
Avec des rêves fous de soleil en Provence ;
Et sans ce coup de vent vraiment extravagant,

Elle y serait restée, déjà presque amoureuse.
Marseille lui plaisait, et le jeune homme aussi.
Sans ce foutu mistral, il aurait réussi
A garder près de lui la jolie visiteuse !

Mais elle est repartie, emportée par le vent.
Il est resté tout seul, et le spleen de septembre
Rend encor bien plus dur le vide de sa chambre.
Depuis ce coup de chien, plus rien n’est comme avant…

Publié dans Amours, Automne, Contes, Les gens, Marseille | 2 commentaires

L’entre-deux

La station est déserte ; il n’y a plus de neige,
Hormis des glaçons gris qui s’agrippent aux toits.
Un chasse-neige usé et caduque nettoie
Une ultime gadoue sur le macadam beige

Car le dernier redoux a dépeuplé Praloup.
Le ciel est nuageux, la montagne grisouille.
Des gouttières usées et morveuses pendouillent
Des cristaux égouttant une eau salie. Un loup

S’est même aventuré au cœur de la station
Tant elle avait un air de ville abandonnée ;
Un décor pour un film où veut être donnée
Une impression d’angoisse et de désolation !

Est-il vrai que jeudi l’on jouait à glisser
Sur ces pentes ventrues, riant à perdre haleine ?
La station est fermée. Hier elle était pleine
De vie et de gaieté. Quelque chose est faussé,

Et semble inachevé, oublié, hors du temps…
Praloup n’est plus semblable à ses cartes postales
Et paraît maintenant vieux et moche et très sale.
Il se recroqueville, attendant le printemps…

Publié dans Hiver, La Haute Provence, Printemps | Laisser un commentaire