Agonie

Poème illustré par un tableau de :

Joos de Momper
(1564-1635)

L’Hiver a rassemblé ses oripeaux givrés
Sur son squelette blanc. Sa figure blafarde
Affiche depuis peu une expression pleurarde
Tant le temps se fait doux ; et il se sent sevré

De ne point pouvoir vivre au-delà de trois mois.
Il est à l’agonie car le ciel s’ensoleille
De plus en plus souvent. Entrevoir sur la treille
Des ombres de bourgeons le met tout en émoi

Car c’est un signe sûr que ce fichu printemps
Commence à s’affairer pour lui prendre sa place.
Serrant autour de lui sa défroque de glace,
Il essaie vainement de résister au Temps,

Aussi froid que la Mort dont il est le héraut.
Mais il va devoir fuir, peut-être même fondre,
Ou le jeune printemps va bientôt le confondre
Et le pousser dehors comme un bien piètre héros

Qui n’a plus rien à faire au monde des vivants.
L’hiver est moribond, chassé pour une année,
Peut-être anéanti par cette graminée
Que Mars a fait surgir dans le soleil levant…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire