La pluie impromptue

Poème illustré par :

Alain Duperay
www.web.artprice.com

C’était un jour d’été à chanter et à rire,
Un jour bleu vraiment  pur… quand le temps d’un soupir
Une pluie fraîche et drue s’est abattue sur nous !
Une pluie impromptue, inconnue un trois août

Sur les terres brûlées et sèches de Provence.
Le ciel clair brusquement était entré en transes :
Nous étions tous trempés des pieds jusqu’à la tête,
Juste au moment joyeux où nous faisions la fête

Pour les vingt ans tout neufs de notre ami Armand !
Mais nous avions si chaud que le flot ruisselant
Ne fut qu’enchantement. Nous avons envoyé
Jupes, shorts et tee-shirts par-dessus les figuiers

Et nous avons dansé sous la pluie trépidante
Qui giclait en chuintant sur le sol amarante.
Une pluie impromptue qui n’était que bonheur,
Exacerbant l’odeur des arbres et des fleurs !

Pluie faite pour la joie, une pluie en folie
Cliquetant en chantant ; cataractes de pluie
Qui nous lavaient de tout et rayaient l’horizon
De grandes stries d’argent ; du plaisir à foison…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à La pluie impromptue

  1. Duperay dit :

    Je tombe par hasard sur votre belle poésie,illustrée par une de mes peinture  » jour de pluie toile de 80X80, publié dans soleil-lion du 31mai.
    j’aurai souhaité avant votre publication, que vous demandiez mon avis, ce qu’il me semble normal et honnête, vous ne trouvez pas??
    J’aime l’écriture, je serais même heureux d’illustrer un recueil de poésie, mais toujours avec une autorisation.

    Répondez moi s’il vous plait

    Alain Duperay

  2. Duperay dit :

    Dans votre présentation, vous dites que vous demandez toujours au peintre l’autorisation pour publier leurs oeuvres, ce qui n’est pas le cas à mon égard, et dans la liste des peintres que vous publiez, je ne vois pas mon nom non plus.
    J’attends des explications de votre part, vous protégez vos poêmes, alors faites le également pour les peintres.

    Alain Duperay

  3. Vette dit :

    Je suis désolée ! J’ai mis « la charrue avant les boeufs » en ne résistant pas au désir de vous « emprunter » votre magnifique tableau avant d’avoir trouvé votre adresse e-mail… Mais il va tellement bien avec le poème !
    Sorry, sorry, sorry…

Laisser un commentaire