Volte-face

Poème illustré par un tableau de :

Vincent Honnoré
http://honnore.peintre.free.fr

Il y a vingt-cinq ans, en découvrant Marseille,
Martin l’a détestée car tout y était … « trop » !
Trop de vent, trop de bruit et bien trop de soleil,
Trop de cris, de rumeurs … Oui ! Tout lui semblait faux,

Sans aucune mesure et trop exagéré !
Tout paraissait partout multiplié par mille !
Grande gueule et vulgair(e), rebelle et distinguée !
L’outrance et la fureur : la folie faite ville !

Et puis il a aimé ce cosmopolitisme,
Ces gens si différents et cette mixité,
Ce côté pas très clair frôlant le banditisme ;
Les couleurs de la mer, le chahut, la gaieté,

Les maisons entassées en ruelles-grimpettes,
Les places de province endormies au soleil,
Et ce grand brouhaha à en perdre la tête :
Ce bleu, ce noir, ce blanc, cet ocre et ce vermeil …

Il a été conquis par cette agitation
Grouillant sur les quais bleus de la mer infinie.
Une ville construite en points d’exclamation !
Il s’est abandonné car il était séduit…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.