Viens danser…

paris_tango

L’aimer avait le goût des larmes !
Humiliation et déraison,
L’âcre amertume d’un poison…
Et quand le coeur sonne l’alarme

Comme un tocsin, il faut s’enfuir.
Regarde comme l’été danse…
Il faut tirer ta révérence
Car aimer, ce n’est pas souffrir !

Au jardin, les fleurs s’illuminent
Dès le matin. Et le soleil
Est cerné d’un halo vermeil
Qui lui donne fort bonne mine :

Ce n’est pas un temps pour pleurer !
Il t’a fait verser trop de larmes :
Que cesse le fracas des armes !
Sèche tes joues et viens danser..

En juillet, la Provence chante
Comme ses joyeux cigalons :
Accompagne leur gai flon-flon
Avec ce rire qui enchante

Tous tes amis matin et soir.
Oublie donc cet homme aboulique
A la vie bien mélancolique :
L’amour ne peut pas être noir !

Finis, les pleurs et la tristesse :
Souviens-toi qu’on est en juillet
Et qu’on ne peut qu’y être gai…
Laisse de côté ta détresse !

Vois, tu as pu tout effacer :
Aidée par le chagrin, ta haine
Vient de gommer toutes tes peines
Et de guérir ton coeur blessé !

Le drame a déserté tes yeux,
Et je vois ton regard qui vrille
Du pétillement de la vie.
Viens gambader dans le ciel bleu…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Amours, Le début de l'été, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire