Venant d’on ne sait où…

Ange02

Venant d’on ne sait où, un ado s’est assis
Sur un talus pelé où la terre était grise.
Le temps était tout bleu, et une douce brise
Soulevait ses cheveux dorés où s’était pris

Un joli scarabée. Mais l’ado a souri,
Pas du tout effrayé. De sa main délicate,
Il a saisi la bête et l’a posée intacte
Sur un bourgeon fermé qui s’est épanoui.

Autour de lui le sol verdissait peu à peu,
Et puis l’herbe a poussé, émaillée de fleurettes,
De plantes inouïes dont les petites têtes
Hérissées et cornues formaient un camaïeu

De bleus aussi variés que ceux peints sur le ciel.
Il flottait alentour une atmosphère étrange…
Pas étonnant du tout ! L’ado était un ange
Qui, enfin reposé, a déplissé ses ailes

En les réajustant bien à plat sur son dos.
Puis il est reparti vers l’éternel rivage
Où les siens l’attendaient pour la fin du voyage.
Le talus rutilait sous le ciel indigo.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire